FANDOM


Le retour de Spectrus est une histoire longue en bande dessinée de vingt-neuf pages scénarisée par Bruno Sarda et dessinée par Valerio Held. Elle fut publiée pour la première fois le 16 juin 1991 en Italie. Elle met en scène Donald Duck et son alter-ego Fantomiald, Riri, Fifi et Loulou Duck, Spectrus ainsi que l'amateur de timbres Franco Deport. L'action se déroule à Donaldville, dans la maison de Donald Duck, dans les rues de la ville, dans la prison de Donaldville, au repaire de Spectrus, dans le parc de Donaldville ainsi que dans la demeure de Franco Deport.

Synopsis Modifier

L'un des ennemis de Fantomiald, Spectrus, s'est échappé de la prison de Donaldville. Le super-héros va devoir ruser pour ne pas tomber dans les nombreux pièges tendus par le gredin prestidigitateur.

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Appel de Fantomiald

Fantomiald est appelé !

Lors d'une soirée tranquille à Donaldville, le signal de Fantomiald est enclenché ! Donald voit cela mais il est actuellement chez lui, avec ses jeunes neveux, et il s'apprêtait à regarder un match de football à la télévision. Pour pouvoir endosser son costume de super-héros, le canard simule une panne de la télévision pour prétexter aller voir le match chez un ami.

Grâce à ce mensonge, Fantomiald peut maintenant se rendre au lieu où fut lancé l'appel : la prison de Donaldville. À son arrivé, il est reçu par le directeur de la prison qui lui annonce que la situation est grave. Fantomiald prend la situation à la légère en ironisant sur le fait qu'il ne faut pas toujours l'appeler lorsque les Rapetou s'évadent. Toutefois, le directeur lui assure que ce ne sont pas les Rapetou mais un bandit bien pire : c'est Spectrus qui s'est évadé. En plus, ce dernier a hypnotisé tous les employés de la prison qui se prennent désormais pour des animaux ! Face à cela, Fantomiald assure qu'il parviendra à stopper le vil gredin.

Les employés de la prison hypnotisés

Les employés de la prison sont hypnotisés !

Spectrus dans son repaire

Spectrus est de retour dans son repaire.

Pendant ce temps, dans la forêt de Donaldville, Spectrus se rend dans son repaire, encore habillé du pyjama de la prison. Il est heureux de revenir dans son repaire et jure de se venger de Fantomiald, qu'il qualifie de clown masqué ! Pour cela, il sait comment agir. Il apprend en lisant le journal que le soir-même, une précieuse coupe sera remise au meilleur joueur de tennis de la ville.

Spectrus vole la coupe

Specrtrus subtilise la coupe.

Ainsi, le soir, Spectrus se rend au lieu de la remise des prix avec un imperméable sombre afin de ne pas se faire reconnaître. Le portier ne fait pas entrer le gredin, assurant qu'il ne peut pas faire rentrer les personnes sans invitation. Mais cela n'arrête pas le bandit qui utilise ses pouvoirs d'hypnose pour entrer tranquillement. Il dévoile alors sa véritable identité et subtilise la précieuse coupe. Il en profite pour hypnotiser les policiers se trouvant sur les lieux afin que ces derniers chantent une chanson à la gloire de Spectrus.

Spectrus Donald

Spectrus dévoile son vrai visage à Donald.

Le lendemain matin, Donald lit le description de la scène dans la journal et cela le rend furieux. Il sait qu'il doit agir. Mais voilà qu'un étrange personnage sonne à sa porte. Ce dernier semble être un vendeur de porte à porte qui vend des brosses. Disant qu'il n'est pas intéressé, Donald referme la porte. Mais le vendeur insiste et rentre chez Donald. Il s'agit en réalité de Spectrus. Ce dernier, sachant que Donald est un grand ami de Fantomiald, informe le canard qu'il donne rendez-vous au super-héros le lendemain dans le parc de la ville.

Le rendez-vous a donc lieu. Fantomiald attend Spectrus, caché dans un arbre. Il utilise ses lunettes à rayon X afin de découvrir le déguisement du bandit. Ce dernier a endossé le costume d'un vendeur de glaces pour passer inaperçu. Sachant que c'est en le regardant les gens dans les yeux que Spectrus utilise ses pouvoirs, Fantomiald décide de l'attaquer en fermant les yeux. Mais c'est trop compliqué et Spectrus en profite pour hypnotiser le super-héros. Il choisit même de le ridiculiser en lui faisant se donner des coups de poing sur la tête.

Fantomiald ridiculisé !

Fantomiald est ridiculisé par Spectrus !

Spectrus et Franco Deport

Spectrus se rend chez Franco Deport.

Le lendemain, tous les journaux de la ville parlent de la bévue de Fantomiald. Cela console énormément Spectrus. Mais il est déjà sur son prochain coup : il souhaite subtiliser un timbre très rare, « le tourteau rose », timbre du collectionneur Franco Deport. Il se rend alors au sein du manoir de l'amateur de timbres durant la nuit. Hypnotisant facilement les chiens de garde, le voleur se rend alors dans la chambre de Deport. Il lui demande alors de débrancher le système d'alarme, chose que Deport refuse d'abord. Mais, sous le pouvoir de Spectrus, il désactive alors les alarmes.

Fantomiald arrête Spectrus

Fantomiald diffuse du spray au jus d'oignon sur Fantomiald.

Quelques minutes plus tard, Spectrus parvient facilement à se rendre dans la pièce où le timbre est entreposé. Mais voilà, il n'est pas seul : Fantomiald est également présent, un bandeau sur les yeux. Cela fait bien rire Spectrus, qui se moque du super-héros en lui disant que cela sera compliqué de le capturer sans le voir. En effet, Fantomiald trébuche de nombreuses fois, entraînant l'hilarité du voleur. C'est à ce moment que le super-héros en profite pour jeter sur les yeux du super-héros un spray contenant du jus d'oignon ! Spectrus est aveuglé par le jus et le super-héros lui bande les yeux.

Quelques instants plus tard, Fantomiald ramène Spectrus en prison où le directeur de la prison est rassuré de son retour sous les barreaux. Il lui fait même une petite blague : le prochain repas de la prison est de la soupe à l'oignon, provoquant alors l'hilarité de Fantomiald et la colère de Spectrus !

Le retour de Spectrus dernière case

Dernière case de l'histoire où Fantomiald rit et Spectrus est en colère.

 En coulisses Modifier

Publication française Modifier

Cette histoire fut publiée à deux reprises en France, dans :

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .