FANDOM


Le roi guerrier est une histoire en bande dessinée de quarante-huit planches scénarisée par Riccardo Secchi et dessinée par Francesco D'Ippolito et Paolo De Lorenzi, publiée pour la première fois le 1er septembre 2004 en Italie. Elle met en scène Donald Duck sous son identité secrète de PowerDuck, Uno, Volkin, Roknar, Zoster, Gorthan, Azinuth, des gardiens de la galaxie et des soldats Évroniens. L'action se passe à Duckburg, sur le croiseur Kreegan et partout sur Terre.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Des Évroniens mutaformes ont infiltré une base militaire terrestre, afin de saboter les défenses militaires de la Terre.

Pendant ce temps, à Duckburg, Donald se plaint de la goinfrerie des autres gardiens, auxquels il ne peut rien refuser car ils sont ses invités. De plus, Volkin lui affirme que son salaire de gardien est censé être de 130 000 $, mais Uno rajoute qu'il y a de nombreux frais qui réduisent ce salaire à presque rien.

Ailleurs, les Évroniens mutaformes posent le cinquième amplificateur. Il ne reste plus qu'à poser celui de la Ducklair Tower, et la Terre pourra être détruite. Mais Gorthan s'inquiète encore : pourquoi un roi guerrier tel que Zartas, n'a-t-il pas terminé son dernier poème, qui dit que le roi guerrier doit ordonner la destruction totale pour être satisfait ?

Chez Donald, les gardiens s'impatientent et veulent retourner à leur travail sur leur planète. Mais c'est à ce moment que les Évroniens attaquent la Ducklair Tower... Sauf que cette fois, c'est toute une armée qui attaque la tour. De plus, d'autres villes sont attaquées partout sur Terre : le commandement de Nauryn Théta veut que les quelques cent dix mille gardiens de la galaxie se rendent sur Terre contrer l'invasion Évronienne, au vu du nombre de soldats Évroniens et des défenses militaires terrestres qui ont été sabotées.

Sur son croiseur, Gorthan attend impatiemment que ses troupes activent le dernier amplificateur, sur la Ducklair Tower. PowerDuck et ses compagnons résistent farouchement, ce qui pousse les Évroniens à sonner la retraite pour un moment. Mais Uno vient de terminer l'analyse de la micropuce et découvre l'horreur du plan des Évroniens, et l'explique aux autres gardiens. La destruction de la Terre semble inévitable, la Terre est aux mains de Gorthan.

Il reste un minuscule espoir : il faudrait détruire la Ducklair Tower, le rayon du cooflamisateur planétaire n'atteindrait pas le premier amplificateur et la Terre serait sauvée. Tout le monde semble opter pour cette solution, sauf PowerDuck... Il finit par convaincre tout le monde, et les onze gardiens restants vont tenter l'ultime assaut pour sauver la Terre.

Alors que les Évroniens arrivent, Uno découvre l'amplificateur de la Ducklair Tower. Puis, le combat commence : tout le monde est cooflamisé, sauf PowerDuck. Rien n'arrêtera Gorthan : la Terre va être détruite.

Avant d'ordonner la destruction de la Terre, Gorthan veut s'entretenir avec PowerDuck. Il lui propose de rejoindre l'armée Évronienne : PowerDuck serait général et partirait à la conquête de nouveaux mondes. Mais le héros refuse, par principe. En revenant sur son croiseur, Gorthan regarde une dernière fois la Terre. C'est alors qu'il comprend la pensée de Zartas : touché par le courage désintéressé et altruisme de PowerDuck, en voyant la beauté de la Terre, il comprend que le roi guerrier est condamné à l'insatisfaction éternelle. Zartas l'avait compris, mais n'avait pas eu le courage d'achever son poème, car citer la futilité de la domination comme seule raison d'exister aurait été "nier les fondements de l'empire d'Evron". Gorthan le comprend désormais, et ordonne le repli de l'armée Évronienne, justifiant ce repliement à ses généraux avec le prétexte que détruire une ressource d'énergie illimitée telle que la Terre aurait été une erreur monumentale. La Terre est sauvée !

En coulissesModifier

Parution françaiseModifier

Cette histoire n'est parue qu'une seule fois en France : dans le Super Picsou Géant n°138, publié le 9 mars 2007.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .