FANDOM


Le secret des alchimistes est une histoire en bande dessinée de soixante planches, scénarisée par Bruno Sarda et dessinée par Franco Valussi, publiée pour la première fois le 17 mars 1991, en Italie. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Popop Duck, Gontran Bonheur et les frères Rapetou. Elle se déroule à Donaldville.

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Première partie Modifier

Jour de crise à la rédaction de Picsou Soir : Balthazar Picsou veut du neuf dans son journal et il demande à ses neveux Donald et Popop de trouver l'inspiration pour écrire un article sensationnel, pétillant et plein de mystères. Au vu de l'immensité de la bibliothèque, Donald et Popop font appel à Gontran et sa chance. Le veinard accepte la proposition en échange d'un an de lavage de la voiture et de la signature de ses articles, sa chance envoie les trois cousins vers le livre Le mystère de Rosatesta, qui raconte l'histoire d'un alchimiste proche de découvrir la pierre philosophale avec sa société, les Alchimistes Bleus. Picsou, emballé par le thème, demande au trio de poursuivre les recherches sur cette histoire et par voie de fait, les trois cousins trouvent les ouvrages qu'il faut dans des librairies spécialisées avec l'aide de la chance de Gontran. Les libraires en questions semblent appartenir à un groupuscule sur les alchimistes bleus. Les cousins tombent sur l'énigme de la lettre de Rosatesta que personne n'a jamais pu résoudre en raisons de ses lettres illisibles, ce à quoi Gontran décide alors de choisir les lettres manquantes au hasard pour créer un texte mystérieux et obscur.

Et suite à ce sensationnalisme, les ventes de Picsou Soir remontent en flèche et Picsou ordonne aux cousins de mettre en sommeil les Alchimistes Bleus afin de doser le sensationnel, le temps d'un voyage d'affaires du milliardaire. Furieux de voir leurs secrets déballés dans la presse, les Alchimistes Bleus décident d'enlever un des cousins pour savoir les dessous de leurs connaissances. Et comme si cela ne suffisait pas, des bandits convoitent la pierre philosophale pour augmenter leurs richesses.

Deuxième partie Modifier

Les Alchimistes Bleus décident alors d'envoyer les deux libraires afin qu'ils enlèvent Gontran. Heureusement pour le veinard, sa chance lui permet de s'en tirer à chaque tentative d'enlèvement. C'est finalement Popop que les libraires livrent aux Alchimistes Bleus. Étant donné que les Alchimistes Bleus ne croient pas à l'histoire des lettres choisies au hasard, Popop décide de les envoyer dans le château d'Ekol à un endroit dont seuls Donald et Gontran connaissent l'emplacement. Bien évidemment, une fois prévenus, les deux cousins partent au château d'Ekol suivis des fameux bandits déguisés. Une fois arrivés au Pendule, Donald et Gontran retrouvent Popop et les Alchimistes avant d'être rejoints par les bandits qui s'avèrent être les Rapetou qui convoitent la pierre philosophale. Soudain, le spectre de Rosatesta apparaît pour dire que la pierre philosophale n'est qu'une supercherie, provoquant la dissolution des Alchimistes Bleus et la colère des Rapetou qui repartent pour un nouveau plan d'attaque du coffre.

Maintenant qu'il ne reste plus que les trois cousins, la vérité apparaît : le spectre de Rosatesta n'était autre que Picsou déguisé qui voulait juste éloigner tout le monde. Partant du principe que le hasard couplé à la chance de Gontran ait permis au trio de donner la vraie réponse à l'énigme de la lettre de Rosatesta, Picsou partit au château d'Ekol 24 heures avant les autres et les quatre canards découvrent le message de Rosatesta indiquant le secret de la pierre philosophale, écrit à l'encre sympathique, visible uniquement sous la chaleur. Picsou utilise alors une bougie pour pouvoir lire ce message mais ses trois neveux, trop curieux, bousculent le milliardaire, ce qui a pour effet de brûler le message de Rosatesta.

Sept semaines plus tard, Donald, Gontran et Popop se sont exilés en Chine mais Picsou finit par les retrouver.

En coulisses Modifier

On peut inclure ce récit dans la série des aventures journalistiques de Balthazar Picsou, Donald Duck et Popop Duck. Ce récit est une parodie du roman Le pendule de Foucault, écrit par Umberto Eco.

Publication française Modifier

Cette histoire n'a été publié qu'une fois à ce jour en France, dans le n°161 de Mickey Parade, sorti le 21 avril 1993. Toutefois, ce récit aura eu l'honneur d'être mis en vedette sur la couverture du numéro concerné. Cette couverture est dessinée par Olivier Fiquet.

Galerie d'images Modifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .