FANDOM


Le tour du Babelduck ! est une histoire en bande dessinée de dix pages scénarisée par Olaf Moriarty Solstrand et dessinée par Andrea Ferraris. Elle fut publiée pour la première fois le 16 mars 2015 en Norvège. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Oona, Géo Trouvetou, le maire de Donaldville et Miss Frappe. L'action se déroule principalement à Donaldville.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Donald souhaiterait que son oncle Picsou garde Oona pour la journée mais celui-ci a des difficultés puisqu'il doit apprendre l'italien pour négocier avec l'investisseur italien Romano Rotazzano qui ne négocie qu'en Italien. En constatant qu'Oona parle en français, Picsou appelle Géo pour comprendre pourquoi c'est possible et ce dernier lui explique que c'est grâce au traducteur universel de la machine à remonter le temps, comme lorsqu'ils sont allés dans la Grèce antique (voir Change de disque).

Géo amène alors un traducteur universel à Picsou au dépôt et l'occasion arrive avec l'arrivée du représentant syndical de l'usine mexicaine de Picsou. Et vu que Picsou n'arrive pas à parler français, Picsou utilise le traducteur et tous deux réussissent à remettre en place le contrat qui amenait 200 heures de travail par semaine alors que ça aurait dû être 200 heures par mois. Picsou part alors à un rendez-vous d'affaires avec Rupert dans un restaurant grec et grâce au traducteur, Picsou apprend que la moussaka hors de prix qu'ils servent n'est faite qu'avec des légumes en boîte grâce au traducteur qui permet d'entendre les discussions en grec entre le cuisinier Homer et le serveur; Picsou met alors fin au rendez-vous d'affaires mais il entend d'autres personnes trouvant génial de parler plusieurs langues mais que ça demande trop de temps.

Le milliardaire décide alors de commercialiser le traducteur universel qu'il appelle Babelduck et il y a déjà des commandes majeures, dont cinquante de la part du maire. Mais les ingénieurs de Picsou ne peuvent reproduire ce traducteur : Géo ayant utilisé de la très haute technologie,notamment du rhodium pour les circuits, un matériel beaucoup trop cher obligeant à vendre le Babelduck au prix de quinze mille dollars. Suite à cela, les ingénieurs remplacent le rhodium par du platine, divisant le coût de fabrication par vingt, et souhaitent  faire des essais, ce que refuse Picsou qui ne veut pas tarder à lancer le Babelduck à un prix abordable.

Une semaine plus tard, le succès est immédiat et chacun trouve son utilité, des habitants accueillent des nouveaux venus de Lisbonne ne parlant que le portugais, un employé prénommé Doug part à Tokyo pour une importante réunion et le maire de Donaldville négocie l'importation du caviar de Brutopie. Mais quelques jours plus tard, Picsou est alarmé d'un dysfonctionnement du Babelduck, toutefois le milliardaire refuse de s'alarmer, pensant que les mécontents s'en servent mal. Pourtant, en raison de ce dysfonctionnement, chez les habitants précédents, un conseil de cuisine se transforme en ressemblance avec un éléphant en portugais, une négociation en japonais devient une série de mots sans aucun sens et le maire de Donaldville recommande à la Brutopie d'importer leurs couche-culottes vu que le leader brutopien en porte toujours, ce qui incite la Brutopie à déclarer la guerre.

Vient le jour où Picsou négocie avec Romano Rotazzano. N'ayant plus le traducteur de Géo, il utilise alors un de eux fabriqué par ses usines. La négociation se passe bien et les deux hommes d'affaire concluent un contrat. Seulement, à la suite de ce Babelduck, Picsou ne peut plus s'exprimer qu'en Italien, les ondes du Babelduck ayant détraqué le cerveau de Picsou et l'empêche de parler français. Quelques jours plus tard, Donald explique à Oona que Géo n'a rien pu faire pour son oncle mais a ordonné la fin de production du Babelduck et le rappel des appareils vendus. Du coup, Picsou doit réapprendre le français par l'ancienne méthode.

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Ce récit a été publié en France dans Picsou Magazine n°515 du 30 septembre 2015.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .