FANDOM


Les modèles réduits trop mortels ! est une histoire en bande dessinée de vingt-trois planches, scénarisée par Giorgio Ferrari et dessinée par le Studio Francesc Bargadà. Elle a été publiée pour la première fois le 1er décembre 1983 dans Almanacco Topolino n°324, en Italie. Elle met en scène Donald Duck et son alter-ego Fantomiald, Balthazar Picsou, les Rapetou, Riri, Fifi et Loulou Duck, Géo Trouvetou accompagné de son acolyte Filament avec également l'apparition pour quelques cases de Daisy Duck, John Flairsou, le bijoutier Laurent Bard et le joaillier Ruby Emerald. L'action se déroule à Donaldville, dans la maison de Donald Duck, dans le laboratoire de Géo Trouvetou, dans les rues de la ville, dans le coffre-fort de Balthazar Picsou ainsi que dans les locaux de la police de la ville.

Synopsis Modifier

Riri, Fifi et Loulou participent au concours de modélisme de Donaldville où sont présentés des modèles réduits. Ils réalisent un modèle réduit de la voiture de Fantomiald qu'ils espèrent lui offrir. Donald les accompagne et remarque que beaucoup des modèles présentés appartiennent à des personnes fortunées ou des membres des forces de l'ordre...

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Au début de notre histoire, les jeunes Riri, Fifi et Loulou terminent de fabriquer le modèle réduit de la voiture de Fantomiald. Les jeunes cantons, en survolant le journal, apprennent qu'un grand concours de modélisme est organisé le jour-même. Ils décident alors de s'y rendre avec leur voiture modélisée. Arrivés à destination, ils se rendent compte que beaucoup de personnes souhaitent participer au concours. Arrivés devant le jury du concours (composé de trois personnes avec de grosses moustaches et de grosses lunettes, ne permettant pas de voir distinctement leur visages), ce dernier s'extasie devant le modèle de voiture de Fantomiald. Laissant leur maquette, Riri, Fifi et Loulou s'en vont, attendant le résultat du concours.

Le jour de l'inauguration, les jeunes canetons demandent à Donald de les accompagner pour le résultat du concours. Arrivés là-bas, le groupe assiste au concours où de nombreux membres de la communauté donaldvilloise a participé : Picsou présente un modèle réduit en or de la Statue de la Liberté, le bijoutier Laurent Bard présente un modèle réduit du premier canon de Napoléon, John Flairsou présentant un modèle réduit de son dernier super-pétrolier, Daisy et le joaillier Ruby Emerald qui présentent des poupées mannequins ou encore Géo Trouvetou présentant un modèle réduit ... de lui-même. Donald se rend compte que les modèles réduits présentés sont tout de même assez précieux pour un concours de maquettes dans une petite ville.

Quelques jours plus tard, Riri, Fifi et Loulou demandent à Donald de les mettre en contact avec Fantomiald pour lui donner leur petite voiture. Le canard leur dit qu'il va lui donner lui-même. Mais en essayant la petite voiture, Donald la fait tomber au sol. Il se dépêche d'essayer de la réparer mais se rend compte qu'une pièce reste encore, ne faisant vraisemblablement pas partie de la maquette. Il décide d'aller voir Géo pour essayer d'en savoir plus.

Arrivé chez l'inventeur, Géo se rend compte que cette pièce est une télécommande miniature, rajoutée à la maquette. Il y a en plus une capsule de gaz qui peut se libérer quand on actionne le micro-détonateur. En essayant de connaître le gaz contenu dans la capsule, Géo découvre qu'il s'agit d'un gaz paralysant agissant à travers les pores de la peau. Il faut se rendre à l'évidence : quelqu'un a trafiqué la maquette, la transformant en bombe à gaz. Donald doit agir, en laissant la place à Fantomiald !

Le soir-même, Fantomiald décide de commencer son enquête à l'association de modélistes. En arrivant là-bas, il découvre un contrat de location pour le jour-même mais aucun organisateur du concours n'est présent. Fantomiald pense qu'il y a plus d'une bombe à gaz télécommandée en circulation en ville. Il se rend alors au bureau de l'Écho de Donaldville pour avoir la liste des primés du concours. Son intuition était bonne : c'est bien les personnes les plus riches de la ville qui ont gagné, les mystérieux organisateurs du concours peuvent alors commettre un vol à grand échelle. En effet, tous les gagnants ont dans leur modèle réduit une capsule de gaz, qui les paralysera quand les bandits inconnus voudront appliquer leur plan démoniaque. Il arrête son enquête pour la nuit et repart chez lui.

Le lendemain, Donald explique à ses jeunes neveux qu'il a présenté la voiture à Fantomiald et qu'il l'a beaucoup aimée. Mais les jeunes canetons découvrent une pièce de la machine au sol. Donald insiste et leur dit d'allumer la télévision. Un flash spécial est diffusé, expliquant que les Rapetou ont pu sortir de prison de manière anticipée grâce à des stages de cours d'électronique. Pour Donald, c'est sûr : les Rapetou sont derrière tout ça. Le soir-même, Fantomiald poursuit son enquête en se rendant au coffre-fort de Picsou. En s'y infiltrant, il découvre qu'à l'intérieur de la maquette de Picsou, il y a également une autre capsule. Fantomiald ira voir aussi chez les policiers, à l'aéroport... et le résultat est le même : on retrouve dans chaque maquette la même capsule de gaz. Le super-héros se rend chez Géo pour lui expliquer ses trouvailles. L'inventeur lui explique qu'il a réussi à créer un antidote. Fantomiald décide d'agir, en sachant que les Rapetou ne savent pas que le super-héros a connaissance toute la supercherie.

Fantomiald scrute la ville, à la recherche d'indices. Il découvre un mystérieux camion de fleuriste, arrêté devant les principaux bâtiments de la ville. Le super-héros suit le camion et se rend compte qu'il s'agit bel et bien des Rapetou. Ces derniers ont fait en sorte que les capsules s'activent à 6 heures 59 pour endormir les vainqueurs du concours pour pouvoir les voler. Le lendemain matin, les Rapetou sortent de leur repaire et font face à... Fantomiald équipé d'un casque, lui empêchant d'être paralysé par le gaz. En utilisant leur propre outil, il paralyse les Rapetou. Fantomiald, après avoir enfermé les Rapetou dans la camionnette de fleuriste, fait le tour des vainqueurs pour leur administrer une dose d'antidote. Après avoir réveillé les policiers et leur avoir amené les Rapetou, il explique toute la supercherie. Mais lorsqu'il va chez Géo tout raconter, il retrouve l'inventeur endormi. En effet, il avait oublié d'ôter la capsule dans le modèle réduit de Géo. Après l'avoir réveillé, il lui raconte toute l'histoire.

En coulisses Modifier

Publication française Modifier

Cette histoire n'a été publiée qu'une seule fois en France : dans Les chroniques de Fantomiald n°9 du 13 mars 2019.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .