FANDOM


M. Roublard et les voleurs d'œufs est une continuité en bande dessinée écrite et dessinée par Floyd Gottfredson et crayonnée et encrée par Earl Duvall, s'étalant du 22 septembre au 29 décembre 1930 (douze semaines) dans les journaux américains. Elle met en scène Mickey Mouse, Minnie Mouse, Roublard ainsi que Butch, Margie et Marcus Mouse, le shérif Bill Goat, Horace Horsecollar, Patricia Pig et Clarabelle Cow.

SynopsisModifier

Mickey décide d'ouvrir un minigolf dans sa ferme et attire de nombreux voisins, dont M. Roublard qui tombe instantanément sous le charme de Minnie. Roublard devient rapidement le nouveau petit ami de Minnie au grand désarroi de Mickey qui tente plusieurs fois de se suicider. Un mystère d'œufs dérobés à la ferme des parents de Minnie inquiète Mickey qui commence à enquêter mais se retrouve rapidement accusé du crime par M. Roublard — qui met également sur son dos le vol de la banque — et doit fuir. Mickey rencontre le gang de M. Roublard dans une cabane dans les bois et se lie d'amitié avec eux afin d'inculper le véritable coupable, M. Roublard. Pendant ce temps, Roublard fait pression sur Marcus pour marier sa fille, Minnie. Mickey arrivera-t-il à arrêter Roublard à temps ?

Résumé completModifier

Danger Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

En coulissesModifier

«  Parfois les bandes dessinées qui semblent innocentes à une époque sont controversées dans une autre. C'est le cas d'un segment d'une semaine de Mr Slicker and the Egg Robbers, dans lequel un Mickey chagriné décide d'en finir. En 1930 comme aujourd'hui, le suicide était une sombre réalité ; en 1930, cependant, il était bien moins commun chez les jeunes. S'attaquer à ce concept avec un jeune personnage comme Mickey, était difficilement mettre en lumière de façon indésirée une maladie sociale. Si quoi que ce soit, le traitement du suicide par l'histoire est proactif sur ces termes : son climax, dans lequel Mickey décide fermement de rester en vie, peut facilement être vu comme une tentative de l'auteur d'éduquer les lecteurs les plus jeunes.

C'était également une opportunité pour de l'humour, même si c'est improbable. Tel que Gottfredson le raconta plus tard, Walt Disney lui donna cette idée en tant que comédie. Je dis "Walt, tu plaisantes !", il répondit "Non, je ne plaisante pas. Je pense que tu peux obtenir beaucoup de choses drôles avec cela." Evidemment, il y avait des gags et du pathos à miner du sujet ; mais comment Floyd Gottfredson le fit-il ?

Harold Lloyd essayèrent de façon inepte de s'y frotter dans des courts métrages du début des années 1920; Haunted Spooks (1920) de Lloyd inclut même le gag — réutilisé par Mickey — du héro sautant d'un pont pour finalement atterrir sur un bateau. Mais une autre inspiration pour "Mr. Slicker" peut avoir été The Suicide Shiek (1929), un dessin animé d'Oswald le lapin chanceux, que Gottfredson a probablement vu alors qu'il travaillait comme projectionniste. La mésaventure d'Oswald avec un coffre tombant ajouta un extra tournant au concept du suicide au pétard — que le coup de pétard impacte de façon comique les passants. Bien que Suicide Shiek soit un court métrage de la seconde saison d'Oswald — faite par l'équipe initiale de Disney, sans sa contribution — on peut assumer sans prendre de risque que ces concepts émergèrent pendant la période Disney. Il ne fallait pas un grand écart pour les faire passer chez Mickey.

Enfin, on aimerait attirer votre attention vers le père et la mère de Minnie, faisant leur première de deux apparitions dans cette histoire. Une lecture attentive de "Mr Slicker" révèle que Minnie vit chez ses parents mais que surtout elle anticipe toujours ses années à l'université. Des références si directe à la l'âge actuel des personnages Disney se fera très rarement dans les années à venir.
 »

— David Gerstein pour The Floyd Gottfredson Library no1 par Fantagraphics.


«  L'histoire suivante de Gottfredson, la première qu'il écrit entièrement seul, fait aussi intervenir une menace économique. "Mr. Slicker and the egg Robbers" rend explicite la nature urbaine de la menace qui était portée de façon implicite par Chicaneau. Slicker est un escroc qui tourne la tête de Minnie avec ses "façons de ville" en même temps que son père est menacé de faire faillite.

Encore une fois, le mélodramatique et les problèmes de la Dépression concordent et l'avocat sans scrupule est tenu responsable de la crise économique. Pour s'assurer que Minnie le marie, Roublard applique un plan qui résulte en le dépouillement de toute la communauté. La victoire de Mickey sur Roublard sauve à la fois Minnie du proverbial Destin Pire Que La Mort (Fate Worse Than Death) et restore la sécurité économique, offrant un happy-ending pour les lecteurs de la Dépression.

"Slicker" est une histoire de transition qui passe de la basse-court et ce que Horst Schroeder appelle "l'anarchie rustique" de la première semaine, à la petite ville sans humains dans laquelle Mickey vivra jusqu'à la fin de la décennie. Le cadre de la petite ville fournit une communauté dans laquelle des aventures plus sophistiquées peuvent arriver. Dans "Slicker", Gottfredson introduit deux thèmes qui caractériseront certaines de ses meilleures histoires à venir : le sensationnel crime et le mystérieux maître criminel dont les activités forcent Mickey à jouer le détective amateur.

En même temps, l'histoire montre Gottfredson expérimentant. "Death Valley" était une mixture d'histoire d'horreur et de western ; cette fois, l'artiste a mélangé deux autres genres, la romance et le drame de crime. En même temps, il perfectionna lentement le difficile mélange d'humour et de suspense requit par une série d'aventure. On peut observer alors que Gottfredson apprend à approfondir ses méchants, approchant une combinaison de mystère et de suspense sinistre qui caractérisera ses plus célèbres maîtres criminels.
 »

— Thomas Andrae pour The Floyd Gottfredson Library no1 par Fantagraphics.

Publications françaisesModifier

  • Le petit Parisien (1930-1931)
  • Album Mickey no3 : Mickey contre Ratino (1932)
  • Le Journal de Mickey no1000 (1971)
  • L'intégrale de Mickey no2 (1981)
  • Mickey Mouse par Floyd Gottfredson no1 — La vallée de la mort et autres histoires (2017)
Précédée par M. Roublard et les voleurs d'œufs Suivie par
Mickey dans la vallée infernale

Albums Mickey n°2 (réédition)
Histoire en bandes quotidiennes de Floyd Gottfredson

1re parution : 22 septembre au 29 décembre 1930
La musique de Mickey Mouse
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .