FANDOM


Maître jardinier ! bandeau

Maître jardinier ! est une histoire en bande dessinée de dix planches, scénarisée et dessinée par Don Rosa. Elle fut publiée pour la première fois le 12 novembre 1990 dans Kalle Anka & C:o n°1990-46, en Suède. Elle met en scène Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou, le maire de Donaldville et sa femme Gertrude. Elle se déroule à Donaldville.

SynopsisModifier

Donald est le paysagiste le plus en vue de Donaldville quand le maire lui confie son immense jardin pour en faire un chef d'œuvre en une demi-journée. Tout se passe bien jusqu'à ce que ses deux tondeuses se cassent, dévastant, par une réaction en chaîne, tout le jardin.

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Maître jardinier ! 1

Le maire et sa femme expliquant à Donald ce qu'il doit faire dans leur parc.

Riri, Fifi et Loulou observaient leur oncle Donald Duck dans son camion de paysagiste, se rendant chez son prochain client. Il était devenu le paysagiste le plus en vue de Donaldville, tout le monde voulait ses services. Les enfants demandèrent à leur oncle qui était son client, et Donald leur répondit que c'était le maire de Donaldville qui lui avait demandé de décorer le parc de sa propriété pour un grand événement qui aura lieu l'après-midi même. Donald n'avait donc qu'une demi-journée pour faire son travail, mais celui-ci réalisé, tout le gratin de la ville verra ses œuvres et voudra ses services. Ses neveux doutaient de sa capacité à faire tout ce travail, mais le canard assura que ses méthodes étaient révolutionnaires, bien qu'il ne les ait mises au point qu'une semaine auparavant. Chez le maire, ce dernier remercia Donald d'avoir accepté son offre, malgré le court délai. La femme du maire, Gertrude, était là, tenant dans ses bras sa vieille chatte Gretchen. Le couple expliqua qu'ils avaient invité la haute société donaldvilloise pour une chasse à courre, et le maire montra à Donald le parc qu'il devait aménager, depuis le balcon de sa résidence. Le canard devait tailler deux arbres sur le terrain de croquet, et redresser un rosier grimpant, ainsi que dégager la mare des algues et nénuphars, et couper un immense buisson. Enfin, il devait tondre la pelouse, en prenant soin de dégager les dalles menant au chenil, et en ne faisant pas de bruit près des écuries pour ne pas effrayer les chevaux.

Maître jardinier ! 2

Riri, Fifi et Loulou regardant leur oncle Donald nettoyer la mare.

Donald déclara à ses neveux que c'était un travail trop important pour un simple paysagiste, mais que lui y arriverait. Il commença par tondre près des écuries, en utilisant ses « lapins à gazon ». Ceux-ci tondaient en silence, ayant été dressés à couper l'herbe à trois centimètres exactement, sans même roter : Donald les utilisait pour tondre l'herbe près de la bibliothèque municipale. Peu après, il redressa le rosier grimpant, en y taillant avec des aiguilles à tricoter un homme en train de jouer au croquet. Puis, il sortit le matériel d'un barbier, pour tailler les deux arbres du terrain de croquet. Donald « manucura » les dalles, en limant les brins d'herbe un par un. Enfin, il voulut s'occuper de l'affreux et immense buisson que le maire voulait couper. Donald pensa qu'il pourrait en tirer quelque chose, et commença à le tailler pour créer un impressionnante sculpture représentant une chasse à courre. Riri, Fifi et Loulou étaient impressionnés par le travail d'expert de leur oncle, qui s'attelait déjà à nettoyer la mare. Il brossa les poissons, enleva les algues et nettoya les nénuphars avec une vieille machine à laver, tout en faisant attention à ne pas déranger les crapauds. Le maire observait les « prodiges » de Donald, très satisfait, mais sa femme était anxieuse à l'idée que la pelouse n'avait pas encore été tondue, et qu'il était déjà tard.

Maître jardinier ! 3

Donald se relevant énervé des restes des deux tondeuses, après leur collision accidentelle.

Néanmoins, Donald ne perdait pas de temps, et sortait déjà ses deux tondeuses, de dernière génération et à autopropulsion. Il assura à ses neveux qu'il couperait l'herbe en seulement une demi-heure grâce à ces « deux monstres ». Riri, Fifi et Loulou lui proposèrent leur aide en prenant une tondeuse, mais l'arrogance de Donald le fit refuser cette aide. Il commença tout d'abord à faire le tour de la mare et du terrain de croquet, et ses neveux lui proposèrent à nouveau leur aide, pressentant que quelque chose allait mal tourner. Donald finit par s'énerver, et ordonna à ses neveux de partir. Mais, pris de colère, il cassa par erreur le levier de ses tondeuses, et en perdit le contrôle. Les freins lâchèrent, et Donald se retrouva le pied pris dans une des tondeuses. Les tondeuses en furie détruisirent le rosier grimpant et les deux arbres, mais elles entrèrent finalement en collision, ce qui permit à Donald d'être sauvé. Le canard était au milieu des restes des tondeuses, et s'attela immédiatement à faire disparaître les dégâts avant que le maire ne vienne voir ce qu'il s'était passé. Cependant, la femme du maire regarda depuis le balcon quel était le vacarme qu'elle avait entendu, tenant toujours sa chatte dans ses bras. Elle vit alors les dégâts : les deux tondeuses avait dessiné sur la pelouse une immense souris, qui semblait narguer celui qui la regardait. La chatte, voyant cela, se précipita enragée vers la pelouse, en se jetant du balcon. Mais elle se prit dans le collier de la femme du maire, qui se retrouva emportée elle aussi du haut du balcon...

Maître jardinier ! 4

Le maire observant la scène de chaos dans son parc, avec Donald pris au beau milieu de cette cohue.

La femme et son chat s'écrasèrent sur le chariot transportant les lapins de Donald, le cassant par ailleurs. Les lapins purent sortir, et se précipitèrent dans tout le parc. Voyant toute cette nuée de lapins, les chiens du maire se ruèrent vers eux et détruisant le chenil où ils étaient enfermés. Cette agitation réveilla les chevaux, qui sortirent eux aussi des écuries. Les animaux coururent à travers le parc, détruisant tout sur leur passage. Donald ainsi que le maire assistèrent désespérés à cette scène chaotique. Les invités commencèrent déjà à arriver, et ils souhaitaient avant tout admirer le parc dont s'était occupé Donald, qui s'était déjà fait un nom à Donaldville. Mais ils furent surpris de découvrir ce à quoi ressemblait désormais le parc : à une immense étendue dévastée et désolée, laissant penser qu'une terrible bataille y avait eu lieu. Le soir, le maire promenait, fou de rage, ses chiens à travers la forêt, accompagné de sa femme, tenant toujours sa chatte dormant contre elle, mais néanmoins armée d'une batte de baseball. Ils croisèrent Riri, Fifi et Loulou qui leur demandèrent ce qu'ils faisaient ici si tard. Le maire leur répondit qu'il cherchait « un certain maître paysagiste », et sa femme demanda aux enfants ce que eux, ils faisaient. Ils leur rétorquèrent qu'ils prenaient simplement l'air. En réalité, ils venaient d'apporter un hamburger à Donald, qui s'était caché dans la tanière d'un renard, ce dernier regardant le canard d'un air boudeur, voulant lui aussi manger le burger !

En coulissesModifier

Maître jardinier ! est la première histoire que Don Rosa ait réalisée pour l'éditeur danois Egmont. L'auteur avait en effet quitté les éditeurs américains après que Disney ait repris pour son propre compte l'édition de comics, Rosa étant opposé à leur politique éditoriale. Il choisit donc pour sa première histoire chez Egmont une histoire assez classique, sur un nouveau travail de Donald dans lequel il excelle jusqu'à ce que son arrogance le rattrape : c'était un thème courant chez Carl Barks. Cependant, Don Rosa avoua à plusieurs reprises que ce type d'histoire courte et humoristique était très difficile à réaliser pour lui. Une particularité de cette histoire est la moitié inférieure de la neuvième planche, où Rosa s'est amusé à la truffer d'une énorme quantité de détails. L'éditeur Egmont refusa néanmoins cette case, et demanda à Rosa de la redessiner sans être payé davantage. Ainsi, dans les premières éditions de l'histoire, celle-ci bénéficiait d'une nouvelle case dessinée par Rosa, avec moins de détails. Les éditeurs voulait empêcher l'auteur de faire des histoires trop détaillées ; il continua pourtant par la suite, si bien qu'ils finiront par le laisser faire, ce qui le différenciera véritablement des autres auteurs auprès des fans. Dans les éditions ultérieures, la fameuse case fut rétablie comme dans la version originale de Rosa.

Parutions françaisesModifier

Cette histoire a été publiée six fois en France, dans:

Précédée par Maître jardinier ! Suivie par
Mineur de coffre

Donald and Scrooge (album) n°1
Histoire de Don Rosa

1re parution : novembre 1991
À temps perdu...

Donald Duck Extra n°1991-06
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .