FANDOM


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mamie (homonymie).

Mamie Balai, appelée parfois Grand-mère Caroline ou Grand-maman Douce (Granny De Spell en version originale) est une cane anthropomorphe de l'univers de Donald Duck.

HistoriqueModifier

Caroline De Sortilège, dite « Mamie Balai », est la grand-mère paternelle de Miss Tick, et contrairement à sa petite-fille de capacités moyennes sans plus, fut un temps la plus puissante sorcière du monde. Son âge exact est inconnu, mais elle a un jour clamé qu'elle était déjà la reine des sorcières avant la naissance même de Madame Mim, ce qui indiquerait qu'elle a, tout au moins, plus de 1500 ans.

À une date inconnue, Mamie Balai prit sa retraite, se terrant dans un château plein de toiles d'araignées et de chauve-souris, même si elle continue à pratiquer la magie en privé (allant jusqu'à apprendre « tout ce qu'il y a savoir sur la sorcellerie » à sa petite-fille Miss Tick durant l'enfance et l'adolescence de celle-ci). Mamie Balai aime tendrement Miss Tick, mais, au grand dam de celle-ci, encourage le prétendant maladroit Rosolio, dont Miss Tick ne supporte pas les bévues.

Un jour, elle rendit visite à sa petite-fille en compagnie de son prétendant Rosolio et de sa nièce Minime. Voulant aider sa descendante à voler son sou fétiche à Balthazar Picsou, Mamie Balai l'accompagna au coffre de ce dernier. Elle reçut alors une flèche semblable à celle que lançait le dieu Cupidon, ce qui fit qu'elle tomba folle amoureuse de Balthazar Picsou.

En coulissesModifier

Mamie Balai est apparue pour la première fois dans l'histoire de George Davie, Jim Fletcher et Ellis Eringer de 1966, Un sou pour trois sorcières (A Lesson From Granny). Par la suite, Mamie Balai réapparut dans dix-neuf autres histoires.

AnecdotesModifier

Mamie Balai par Giorgio Cavazzano

Mamie Balai (à droite), dans son nouveau « look ».

Dans sa dix-huitième apparition dans l'histoire de Giorgio Cavazzano au dessin et Francesco Artibani et Lello Arena au scénario, La folle journée de Miss Tick, publiée pour la première le 20 juin 1999, son apparence est radicalement rajeunie. Au lieu de porter de vieux vêtements de grand-mère avec un crâne apparemment dépourvu de cheveux, elle est maintenant représentée comme une femme portant des lunettes, une robe verte lui allant jusqu'aux pieds, avec une sorte de médaillon autour du cou et une épaisse chevelure blonde. En revanche, elle garde ses lorgnons « à l'ancienne ».

Selon une interview avec Artibani, il a créé sa verson de la grand-mère de Miss Tick sans se référer à la Mamie Balais préexistante, et il ne les considère pas nécessairement comme le même personnage, même si les traductions anglaises et françaises des histoires mettant en scène la grand-mère d'Artibani et Cavazzano lui donnent le même nom qu'à la Granny De Spell des années 60.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .