FANDOM


  • Mickey et le roi de Médioka
  • Galerie


Badge article du moisOr
Mickey et le roi de Médioka est une histoire en bande dessinée scénarisée par Floyd Gottfredson et Ted Osborne et dessinée par Floyd Gottfredson, Al Taliaferro et Ted Thwaites, publiée pour la première fois d'août 1937 à février 1938 aux États-Unis. Elle met en scène Mickey Mouse et sa fiancée Minnie Mouse, Dingo, Horace Horsecollar, Clarabelle Cow, le duc de Paprika, le comte Ambank, le roi Michaël XIV de Médioka, la princesse Philline, le comte Griffon et le duc Varlott. Elle se déroule à Mickeyville puis au Médioka.

SynopsisModifier

Mickey se rend dans un pays d'Europe centrale qui vit une crise, pour remplacer son roi, qui n'est autre que son sosie...

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Mickey et le roi de Médioka

Mickey et Minnie reçoivent un million de dollars de la part du Capitaine Rademer.

Pour avoir retrouvé un trésor pour lui[1], Mickey, Minnie et Dingo reçoivent chacun de la part du Capitaine Rademer la somme d'un million de dollars. Mickey utilise son argent pour faire le bien autour de lui : il fait des dons, donne aux enfants et aux pauvres.

Mickey et le roi de Médioka 2

Un homme étrange prend Mickey pour quelqu'un d'autre.

Mais il rencontre un étranger dans la rue qui le prend pour un certain « Michaël ». Cet homme en parle à une autre personne et ils décident d'amener Mickey dans leur hôtel. Grâce à une astuce, ils réussissent à faire venir Mickey à eux. Ils se présentent : le premier est le Duc de Paprika, ministre des affaires étrangères du royaume de Médioka et l'autre est le Comte Ambank, ministre des finances du royaume de Médioka. Ils expliquent la triste situation dans laquelle se retrouve leur pays : le roi, Michaël XIV de Médioka est un jeune homme insouciant, fêtard et très dépensier. Le souverain a conduit le pays à la banqueroute en dépensant des sommes immenses pour organiser des fêtes.

Michaël XIV 2

Il existe une ressemblance frappante entre Mickey et le roi Michaël XIV.

Mickey ne comprend pas ce que tout cela a avoir avec lui mais pour mieux comprendre, les ministres lui montrent un tableau de Michaël : il s'avère être le sosie de Mickey. Les deux hommes expliquent à Mickey qu'il pourrait prendre temporairement la place du roi et se faire passer pour lui, ainsi, il serait un roi économe et pourrait sortir Médioka de la crise. Si Mickey accepte il pourra sauver les vies des habitants de Médioka démunis. Mickey accepte de se prêter au jeu et, avec le consentement de Minnie, se rend au Médioka.

Arrivés au Médioka, Mickey et le comte Ambank convainquent le roi Michaël de céder temporairement sa place à Mickey en lui disant qu'il pourra aller festoyer dans d'autres pays au lieu d'être contraint pas ses responsabilités de monarque.

Alors que Mickey et le comte Ambank sont en chemin vers le palais de Truffelberg, la capitale de Médioka, la vitre de leur carrosse est brisé par une pierre attachée à une feuille de papier où il est écrit ceci : « Vous m'avez pris mon dernier centime avec vos impôts. Ça suffit. Vive le Duc Varlott ! » Le comte Ambank explique à Mickey que le Duc Varlott est le cousin du roi de Médioka et qu'il cherche à l'assassiner pour prendre sa place.

Le duc Varlott fait envoyer partout dans le royaume des hommes pour qu'ils corrompent le peuple et le convainque de se rebeller contre le roi qui est responsable de leurs souffrances. Ainsi, une foule déchaînée, prête à renverser le roi et à le remplacer par le duc Varlott se dirige vers le palais royal.

Truffelberg 2

Mickey annonçant aux citoyens de Médioka que les taxes seront réduites de moitié.

Mickey se rend sur le balcon du palais et annonce aux citoyens que les taxes seront réduites de moitié. Cela crée un retournement de situation et la foule prête à le tuer quelques secondes plus tôt, acclame le roi « Michaël ». Les ministres ne comprennent pas : comment peut-on réduire les impôts alors que l'état peine déjà à payer ses dépenses ? Il suffit de réduire les dépenses, rétorque Mickey. Les ministres sont étonnés et, trouvant cette idée brillante, félicitent Mickey pour son génie.

Mickey baisse le salaire des ministres en les convainquant que c'est un sacrifice nécessaire qu'ils doivent faire pour le bien de la patrie. De plus, le « nouveau » souverain fait réduire le budget des cuisines du palais. Il promet aux fermiers qu'ils auront de la main-d'œuvre pour faire fonctionner leurs fermes. Pour tenir sa promesse, il fait démobiliser une moitié de l'armée qui n'a pas d'utilité et envoie les hommes démobilisés travailler dans les fermes.

Le comte Ambank est très content du travail de Mickey et le Médioka commence à prospérer. Soudain, une jeune femme entre dans la salle du trône et embrasse Mickey. Le comte explique à Mickey, qui se trouve quelque peu déboussolé, qu'il s'agit de la princesse Philline, la femme que Mickey doit épouser. Mickey est déconcerté et rétorque que jamais il ne l'épousera. Le comte lui dit qu'il a promit d'être roi et qu'un roi doit avoir une reine...

Pendant ce temps, dans une grande capitale européenne, le vrai roi Michaël déguisé, se prête à quelques fêtes et se fait remarqué par des journalistes. Rapidement, on retrouve sa photo dans les journaux : ainsi, Minnie, pensant qu'il s'agit de son fiancé Mickey, se sent trahis de voir que son petit-ami l'a abandonné pour faire la fête. Bien décidée à lui donner une leçon, Minnie quitte Mickeyville et se rend en Europe.

Philline

Philline avec Mickey.

Malheureusement, le duc Varlott a aussi vu cet homme dans la une des journaux. Pensant qu'il s'agit d'un sosie du roi et non du véritable roi, il pense que cet homme lui sera utile en le mettant sur le trône à la place de Michaël pour qu'il soit son pantin : ainsi c'est Varlott qui aurait de facto les commandes du royaume.

Le comte Ambank est véritablement satisfait de la nouvelle situation du Médioka : ils ont à nouveau la possibilité d'emprunter à d'autres états mais les fonds ne seront débloqués que lorsqu'il y aura eu un mariage royal avec la princesse. Mickey est consterné : il refuse définitivement d'épouser la princesse et conseil au comte de faire revenir Michaël pour qu'il épouse lui-même sa fiancée.

Entre temps, Minnie arrive à l'hôtel où se trouve Michaël qu'elle croit être Mickey. Michaël ne la reconnait pas et est dédaigneux envers elle. Il monte dans un taxi conduit pas les sbires de Varlott qui le conduisent au Médioka. Minnie prend un taxi et demande de suivre Michaël. Mickey s'apprête à quitter le pays quand le comte lui dit qu'il est impossible qu'il parte maintenant car le roi Michaël s'avère être introuvable. Tant qu'on n'aura pas retrouvé le roi, c'est Mickey qui ira au mariage.

Lorsque son otage arrive, Varlott lui explique son plan : qu'il compte le mettre sur le trône à la place du roi. Michaël avoue que c'est lui le roi et que celui qui se trouve sur le trône n'est qu'un imposteur. Varlott se rend à Truffelberg et fait des menaces à Mickey : s'il refuse d'abdiquer en sa faveur, il dévoilera toute la vérité et fera appliqué la loi de Médioka qui dit que tout roturier s'asseyant sur le trône doit être mis à mort.

Minnie arrive à l'hôtel particulier du duc et réussit à s'introduire dedans. Elle rencontre Michaël qui lui explique toute la vérité. Doutant de la véracité de l'histoire racontée par le prisonnier du duc, elle se rend à Truffelberg pour confirmer cette version des faits. Là-bas, elle revoit Mickey et elle lui dit où se trouve Michaël : Mickey a donc un espoir de se sortir de cette situation dramatique.

Déguisés, Mickey et Minnie se rendent à l'hôtel de Varlott et font évader Michaël. Le duc se rend bien vite compte de l'évasion et se met à la poursuite du roi. Lui et ses hommes sont arrêtés par une charrette qui a une roue cassée. Ils se mettent à insulter l'homme qui possède la charrette mais celui-ci lève son masque et leur montre qu'il est le roi. Varlott ordonne à ses hommes de le capturer. Soudain, Mickey appelle ses gardes et ceux-ci emprisonnent le duc et ses hommes pour haute trahison.

Truffelberg 3

Michaël devant la cathédrale et s'apprêtant à épouser la princesse Philline.

Michaël rentre ainsi dans la capitale et est acclamé par la foule. Il arrive à la cathédrale et épouse la princesse Philline. Pour avoir fait preuve de courage et d'intelligence, Michaël nomme le comte Ambank premier ministre. Le roi et la reine remercient Mickey et Minnie et le roi s'engage à devenir le meilleur roi que Médioka n'ait jamais eu.

En coulissesModifier

Cette partie contient du texte ou une image paru(e) dans « L'âge d'or de Mickey Mouse » (© Éditions Glénat)
Anthony Hope

Anthony Hope, auteur du romain Le Prisonnier de Zenda.

En 1894, paraît Le Prisonnier de Zenda, roman de l'écrivain anglais Anthony Hope. C'est l'histoire d'un touriste anglais, Rudolf Rassendyll, qui possède une ressemblance frappante avec le roi Rudolf IV de Ruritania (un pays imaginaire au milieu de l'Europe), et qui prend temporairement sa place alors que le souverain, peu avant son couronnement officiel, est emprisonné dans le château de Zenda, appartenant à son demi-frère et rival, Rupert de Hentzau. Grâce à son esprit astucieux, le sosie réussit à confondre l'usurpateur, mais devra renoncer à l'amour de la belle princesse Flavia. La trame du Prisonnier de Zenda est reprise en bandes dessinées, sous la forme d'une parodie, par le cartoonist américain Roy Crane, dans une aventure de Wash Tubbs intitulée Le Roi de Pandemonia.
Le Prisonnier de Zenda

Affiche du film Le Prisonnier de Zenda réalisé par John Cromwell en 1937.

Floyd Gottfredson connait bien les histoires de Crane. Il profite en 1937 du succès remporté par la quatrième adaptation en film pour sortir une version en bandes dessinées, avec Mickey comme protagoniste principal. Le résultat est le splendide Mickey et le roi de Médioka. Avec 156 bandes quotidiennes, il s'agit de la plus longue aventure de Mickey par Gottfredson.

Comme Hope dans son roman, Gottfredson confère à Médioka les aspects d'un petit royaume d'Europe central. Il ironise sur l'esprit germanique et, indirectement, sur l'ascension du régime nazi. La proverbiale ponctualité germanique, par exemple, est ridiculisée par Mickey, quand il se précipite vers le comte Ambank, s'exclamant dans un mélange d'anglais et d'allemand, « Joost barely ! [...] Zair ees but an hour and a halluf until sailing time ! (Juste à temps ! [...] Il ne reste qu'une heure et demie avant l'embarquement.) »

Treize ans après sa diffusion dans les quotidiens, l'histoire est redessinée par Bill Wright pour les comic books américains. La nouvelle version de l'histoire est publiée sous le titre Mickey roi de Métropolie. Mickey et le roi de Médioka inspirera par ailleurs la magnifique aventure Mickey contre le mystérieux Tap Yocca VI de Romano Scarpa. En 1984, paraît une suite intitulée Topolino e il ritorno di re Sorcio (histoire inédite en France). Une autre aventure se déroulant dans le royaume de Médioka, L'illusion était presque parfaite, paraît en 1987.

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée six fois en France :

  • Mickey roi de Bamboulie — Album Mickey n°16, en 1938 ;
  • Mickey sosie du roi — L'âge d'or de Mickey n°5, en avril 1988 ;
  • Le Journal de Mickey n°2000, le 19 octobre 1990 ;
  • Le Journal de Mickey n°2558-59, Le Journal de Mickey n°2560, Le Journal de Mickey n°2561, Le Journal de Mickey n°2562, Le Journal de Mickey n°2563, Le Journal de Mickey n°2564, Le Journal de Mickey n°2565, Le Journal de Mickey n°2566 et Le Journal de Mickey n°2567, du 21 juin au 29 août 2001 ;
  • Le Journal de Mickey n°3000, le 16 décembre 2009 ;
  • L'âge d'or de Mickey Mouse n°1, le 30 novembre 2011.

Notes et références Modifier

  1. Cf. Mickey sur la piste du gorille où Mickey, Minnie et Dingo partent à la recherche d'un trésor dans une jungle africaine.
Précédée par Mickey et le roi de Médioka Suivie par
Mickey sur la piste du gorille

Albi d'oro (anteguerra) n°38017
Histoire en bandes quotidiennes de Floyd Gottfredson

1re parution : du 9 août 1937 au 5 février 1938
Mickey et les chasseurs de baleines

Le Journal de Mickey n°1834
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .