FANDOM


Mission secrète "Zantaf" est une histoire en bande dessinée de trente-deux planches scénarisée par Carlo Chendi et dessinée par Luciano Bottaro. C'est le deuxième épisode de la série P.I.A.. L'histoire a été publiée pour la première fois en octobre 1968 dans Almanacco Topolino n°142, en Italie. Elle met en scène Donald Duck (alias l'agent QQ7), Balthazar Picsou, Géo Trouvetou, Daisy Duck (alias Miss Molly) et Zantaf, et se déroule à Donaldville et sur l'île de Zantaf.

Synopsis Modifier

Donald, agent de la Picsou Intelligence Agency, doit retrouver pour le compte de son oncle une formule secrète, inventée par le docteur Zantaf, qui rendrait les milliardaires généreux...

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Alors que les rues donaldvilloises sont désertes, en raison de la finale de la coupe du monde diffusée à la télévision, un homme mystérieux se dirige vers la maison de Donald. Ce dernier, alors qu'il regardait le match, fut surpris de découvrir un représentant qui sonnait à sa porte. Le représentant voulait lui vendre des biscuits pour un dollar, mais Donald refusa. L'homme contacta un mystérieux personnage à l'aide de sa radio, qui lui demanda de baisser le prix pour que Donald achète les biscuits. L'homme sonna à nouveau chez Donald, qui décida d'acheter les biscuits pour 90 cents afin que le représentant le laisse tranquille : il jeta après les biscuits à la poubelle. Mais le représentant revint encore une fois, en demandant à Donald de manger les biscuits, ce qu'il fit. Ils n'étaient pas terribles, mais le canard découvrit à l'intérieur un message où il était indiqué que l'agent QQ7 devait rencontrer Monsieur P au n°6 de la sixième rue, et que la phrase de reconnaissance était "Je suis là pour la panne". Donald se rappela alors qu'il était un agent de la P.I.A., la Picsou Intelligence Agency, un service de contre-espionnage pour la défense de l'argent du milliardaire, sous le nom de code QQ (quasiment qualifié) 7.

Un peu plus tard, Donald arriva au n°6 de la sixième rue, et dit à l'homme qui habitait là "Je viens pour la panne". Celui-ci avait l'air heureux de voir Donald, et lui demanda de réparer sa télévision. Donald ne comprenait pas, et essaya de réparer la télévision avec une caisse à outils, en vain. Il détruisit la télévision, si bien qu'il fut viré de la maison, tout en apprenant qu'il était en fait au n°9, le numéro étant tombé ! Il alla donc au n°6, s'assura que c'était la bonne maison, et dit alors "Je viens pour la panne" à l'homme qui habitait là. Celui-ci attendait Donald, et lui demanda d'enfiler une étrange tenue, qui ressemblait à une fusée. Le canard fut alors projeté en l'air par la cheminée du n°6, et, comme une fusée, s'éleva dans l'espace, jusqu'à retomber en plein milieu de l'océan, grâce à un parachute intégré. Il fut alors avalé par un requin, qui s'avéra être le sous-marin de Picsou ! Le milliardaire appris donc à son neveu Donald sa nouvelle mission : le docteur Zantaf aurait inventé un produit qui rendrait les milliardaires généreux. John D. Buckefeller, troisième homme le plus riche du monde, en a été victime : après que Zantaf l'ait aspergé d'un gaz et lui ait murmuré une certaine formule, le milliardaire lui donna tout son argent, si bien qu'il termina mendiant. La mission de Donald était donc de détruire cette dangereuse formule, avec l'aide de quelques gadgets de Géo Trouvetou : un filet à papillons à réaction, un béret spécial, un nœud de papillon volant, une vareuse avec manches gonflables et boutons explosifs.

Ainsi, Donald débarqua sur l'île de Zantaf à bord d'un canot au goût de noix de coco, si bien qu'il fut dévoré par les crabes, ne laissant ainsi aucune trace de son arrivée. Il découvrit que les indigènes avaient fui l'île, ayant peur de Zantaf. Il rencontra une touriste, Miss Molly, totalement myope, qui était persuadée être à Paris : Donald apprit d'elle où était la maison de Zantaf, qu'elle prenait pour le Sacré-Cœur. Donald découvrit donc la maison du docteur, et décida d'attendre la nuit avant d'entrer et de détruire la formule : il piqua donc un petit somme. Mais, la nuit, il fut surpris de découvrir que la maison avait disparu ! Plus tard, à l'aube, il recontra de nouveau Miss Molly, qui lui informa que le Sacré-Cœur avait changé de place : le jour d'avant, il était au bord de la Seine, ce jour-là, il était au sommet de Montmartre. Donald pensa donc que Montmartre était une colline de l'île, et il avait raison : il découvrit la maison de Zantaf. Pour ne pas qu'elle disparaisse encore, il décida de s'accrocher à la maison avec son filet. Mais il fut surpris de voir que la maison vibrait, puis s'élevait dans les airs, et qu'elle volait ! La maison se posa un peu plus loin, et Donald fut projeté sur les seules ronces de l'île, sous de grosses feuilles ! Le canard comprit alors que la maison, en changeant de place à chaque fois, embrouillait les idées des agents qui la cherchaient.

Mais soudain, Zantaf sortit de sa maison, accompagné de ses deux robots domestiques. Donald apprit que c'était lui qui avait vendu le sous-marin à Picsou, et qu'il était au courant de tout, puisque celui-ci était truffé de micros espions. Donald tenta de fuir, mais il fut arrêté par les robots, qui lancèrent un filet pour l'attraper. Ainsi, Donald fut enfermé dans une prison : il tenta d'envoyer son nœud papillon volant vers le sous-marin de Picsou, mais il fut intercepté par Zantaf, qui était à la "chasse au papillon". Peu après, Donald lima les barreaux de sa prison et tenta de s'envoler à l'aide de son filet, dont le manche était une fusée. Mais il fut arrêté par un parasol à réaction envoyé par Zantaf. Ce dernier, de peur que Donald ne réussisse à rejoindre son chef, décida de lui effacer la mémoire. Le canard lança discrètement un de ses boutons explosifs, qui devait exploser deux minutes plus tard. Alors que Zantaf allait lui effacer la mémoire, le bouton explosa, et le docteur décida d'aller voir ce qui se passait. Donald fit la combinaison (avec ses dents...) pour que ses manches puissent gonfler, et ainsi, ses menottes s'ouvrirent. Il enleva alors la diode de la machine à effacer la mémoire, puis se remit en place. Le docteur, n'ayant rien vu, mit en marche la machine. Donald fit donc semblant d'avoir perdu la mémoire pour passer inaperçu, et le docteur lui fit croire qu'il était son cuisinier...

Après avoir fait deux œufs sur le plat à son "patron", Donald espionna celui-ci, afin de découvrir où était la formule. Il découvrit la cachette de celle-ci, ainsi que la combinaison du coffre-fort où elle était. Lors du dîner, Donald fit un excellent repas à Zantaf, et, celui-ci ayant bien mangé, il s'endormit. Donald en profita alors pour récupérer la fameuse formule, et la brûler. Zantaf arriva un peu tard, mais essaya tout de même de se battre avec Donald, pour pouvoir récupérer désespérément la formule. Mais soudain, Miss Molly, la touriste myope, arriva, et Zantaf, distrait, fut assommé par Donald. Le canard fit effacer la mémoire du docteur, en rajoutant la diode manquante, puis lui fit croire qu'il était un chasseur de papillons ! Avant d'aller faire son rapport à Picsou, Donald prit une bombe de gaz "généreux", car il se rappelait de la fameuse formule pour rendre les milliardaires généreux ! Plus tard, Picsou félicita Donald, mais ce dernier ne réussit pas à se rappeler de la formule pour rendre généreux, même s'il avait aspergé son oncle de gaz ! Le canard apprit cependant que Miss Molly n'était autre que l'agent secret HS (hors série), alias... Daisy Duck ! Finalement, Picsou offrit un mois de vacances sur cette île à Donald et Daisy. Et, pendant un mois, Daisy s'amusa sur la plage, tandis que Zantaf chassait les papillons et que Donald cherchait désespérément la formule perdue !

En coulisses Modifier

Mission secrète "Zantaf" est le deuxième épisode de la série P.I.A. (Picsou Intelligence Agency), suivant ainsi Mission Dog Finger, de Carlo Chendi et Giovan Battista Carpi, datée de avril 1966. Pour la première fois, le nom P.I.A. est utilisé (succédant ainsi à P.I.A.A., "Patrouille Internationale des Anti-Affreux). C'est également la première fois que Donald a pour nom de code agent QQ7 (quasi-qualifié), succédant à l'agent Triple Zéro.

Publications françaises Modifier

Cette histoire fut publiée trois fois en France, dans :

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .