FANDOM


Mon premier million est une histoire en bande dessinée de vingt-sept planches scénarisée par Fausto Vitaliano et dessinée par Marco Mazzarello. Premier épisode de la série Des souvenirs par millions, elle a été publiée pour la première fois le 17 juillet 2007 dans Topolino n°2694, en Italie. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, ainsi qu'Elvire Ecoutum, et se déroule à Quacktown, dans la ferme de Grand-mère Donald, et dans des mines au Klondike.

SynopsisModifier

Picsou et ses neveux vont dîner chez grand-mère Donald. À la fin de ce repas, grand-mère apporta un livre, plus précisément l'album photo de Picsou, avec des photos du temps de la ruée vers l'or. Picsou apprit à ses neveux que ses photos étaient classées par ordre chronologique, non pas par année, mais par million ! Picsou montra donc la photo de son premier million à ses neveux : on le voit de mauvaise humeur, avec un sparadrap sur le postérieur. Picsou raconta donc se qui s'est passé à cette époque-là...

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Picsou, Donald, Riri, Fifi et Loulou sont invités à dîner chez grand-mère. À la fin du repas, Donald complimenta grand-mère, tandis que Picsou fit remarquer que ses repas sont gratuits, et que c'est très bien ainsi ! Le milliardaire et son neveu commencèrent à se disputer, quand grand-mère apporta un livre. Picsou n'avait pas l'air enthousiaste quand il vit qu'il s'agissait d'un appareil photo, mais il reprit ses esprits en voyant qu'il s'agissait du sien, avec des photos du temps de la ruée vers l'or. Le canard apprit à ses neveux que toutes ses photos sont classées par ordre chronologique, non pas par année, mais par millions ! Il montra alors la photo de son premier million : on le voit, habillé en mineur, l'air énervé et surtout avec un sparadrap sur le derrière ! Picsou raconta donc ce qui s'était passé quand il a gagné son premier million.

Mon premier million 2

La photo de Picsou en question.

Nous étions dans des mines, probablement au Klondike. Piochon, un mineur, fit remarquer à Picsou que si celui-ci veut toujours devenir millionnaire, il n'y arrivera jamais. Mais Picsou rétorqua à Piochon qu'il ne lâchera rien, et que rien ne l'empêchera l'année prochaine d'être sur la liste officielle des millionnaires. Piochon dit alors au canard que tout cela n'était pas très juste, puisque leurs mines étaient voisines, mais que Picsou trouvait en un seul jour plus d'or que lui en un seul mois ! C'est à ce moment que Picsou cassa sa pioche en essayant de fendre une roche pour y trouver de l'or, et qu'il remarqua qu'il allait (malheureusement) devoir changer de pioche, et que ça allait lui coûter cher. Il alla donc dans un magasin d'outils, et ne s'arrêta pas devant les pioches de qualité, et alla plutôt voir de l'autre côté du magasin, du côté des vieilles pioches en mauvais état, pour « économiser ». Après cet achat, Picsou retourna à sa mine et mit en marche son compteur, afin de compter l'argent qu'il avait gagné. Mais le compteur n'arriva qu'à 727 956 $, et le jeune prospecteur se dit qu'il devrait faire encore plusieurs chargements d'or afin d'arriver au million, et qu'il devrait vite s'y mettre, car s'il n'a pas amassé un million de dollars le 31 décembre, à midi, son inscription sera repoussée à l'année prochaine...

Picsou apprit à ses neveux qu'il voulait absolument entrer dans la L.O.M. (liste officielle des milliardaires) cette année. Donald demanda alors à Picsou pourquoi avait-il un sparadrap sur le postérieur, mais il n'eut même pas le temps de finir sa phrase quand Picsou le coupa et lui demanda d'écouter. Puis il reprit son histoire.

Mon premier million

Picsou dans son travail acharné pour récolter son premier million.

La date d'échéance approchait, il devait piocher jour et nuit, mais le million ne semblait jamais arriver. Picsou versa alors son dixième tonneau de la semaine, et il mit en marche le compteur, espérant qu'il arriverait enfin au million ! Mais, malheureusement pour lui, il n'était qu'à 818 096 $. Il sortit alors de la mine, se demandant si finalement Piochon n'avait pas raison, que pour entrer dans la L.O.M. il fallait avoir de la chance... Il alla dans le bar, demanda un jus de baies bleues au barman, qui se demandait bien comment il pouvait avaler cette « saleté », qui n'était surtout pas cher ! Soudain, alors que Piochon lisait le journal, Picsou le lui arracha des mains et lit en titre : « Jim "Calamité" de la fondation Good Luck décorera Picsou, futur millionnaire ». Picsou se rappela que ce Jim "Calamité" portait vraiment malheur, comme avec ce pauvre Will Orwight, l'inventeur d'une machine volante. Après que Jim "Calamité" ait donné la médaille à Orwight, l'aviateur monta dans son engin pour voler un peu et prouver à Jim que son engin marche. Jim fit remarquer que l'avion pouvait quand même tomber, et c'est à ce moment que la machine s'écrasa au sol, avec Orwight à son bord. Piochon dit à Picsou que cela ne prouvait absolument rien, et Picsou rappela donc l'histoire de Tramp Lynn, le roi des plongeurs. Après avoir reçu une médaille de Jim, il voulut plonger du haut d'une falaise. Jim fit remarquer qu'il pouvait très bien avoir un accident, et c'est alors que Lynn rata son plongeon et s'écrasa sur une pierre. Piochon dit alors que tout cela ne devait qu'une coïncidence. Mais Picsou n'y croyait pas, et sortit du bar.

En marchant vers sa mine, il essaya de se rappeler de son physique : il portait des moustaches, des lunettes, il était plutôt corpulent... Soudain, Picsou se retourna et découvrit derrière lui l'homme qui correspondait à sa description, Jim "Calamité". Ce dernier lui dit qu'il avait quelque chose pour lui, et que ça devrait lui faire plaisir. Picsou décida donc de fuir de l'emprise du gros bonhomme, malgré les menaces de ce dernier stipulant qu'il allait le retrouver et lui donner ce qui devait lui revenir. Picsou remarqua à ses neveux que depuis ce jour, il avait deux objectifs : gagner son premier million et échapper à Jim "Calamité". Alors que Picsou était caché derrière un rocher, fusil à la main, en train d'espionner Jim, ce dernier le remarqua et alla voir Picsou pour lui donner ce qu'il voulait lui donner. Mais Picsou le menaça avec son fusil, qu'il qualifiait de « très persuasif ». Mais, au même moment, Piochon mit de la dynamite sous la mine de Picsou, ne supportant pas que le canard découvre plus d'or que lui. Picsou mit un autre chargement d'or, mais il n'était qu'à 952 001 $. Puis tonneau après tonneau, 962 017 $, 974 733 $, 981 010 $... Picsou versa un dernier tonneau rempli d'or, se disant qu'il devrait enfin atteindre les 1 millions. Mais il n'arriva qu'à 999 999 $ ! Picsou était déçu de ne pas entrer à la L.O.M. pour 1 $, et Piochon, ayant entendu Picsou, se dit qu'il économiserait sa dynamite, puisque Picsou n'avait plus aucune chance de devenir millionnaire. C'est à ce moment que revint Jim "Calamité", et Picsou se dit alors qu'il n'avait plus aucune raison de fuir. Il demanda donc sa médaille à Jim, mais celui-ci ne semblait pas comprendre de quoi il parlait. Jim lui raconta qu'un jour, Picsou lui avait acheté une pioche usagée, et qu'il avait oublié de lui rendre la monnaie. Il donna donc 1 $ à Picsou : le canard était enfin millionnaire !

Picsou entra donc officiellement à la L.O.M., et offrit la tournée générale (de jus de baies bleues !) à ses collègues. Alors que Picsou était en train de souhaiter la santé à tous les prospecteurs, y compris à Piochon, un de ses collègues demanda ce qu'était devenu le mineur. C'est à ce moment qu'on entendit une énorme explosion : il s'agissait de la mine de Piochon, après que Jim lui ait donné une médaille ! Soudain, Jim vit Picsou, et lui dit qu'il avait une médaille en réserve, comme il était devenu millionnaire. Mais l'inspecteur de la L.O.M. lui dit que ce n'était pas encore officiel, puisque Picsou n'avait pas encore signé. Le nouveau millionnaire demanda donc si quelqu'un avait un stylo, mais il n'y avait personne, à part Jim. Picsou déclara qu'il préférait « s'arracher une plume qu'utiliser [son] stylo ». C'est alors qu'il réalisa que ce n'était pas une mauvaise idée : il s'arracha une plume, prit du sirop de baies bleues et signa son entrée dans la liste officielle des millionnaires. Picsou remarqua, en riant, qu'il attendait « celle des milliardaires » ! L'inspecteur trouva que ce n'était pas une mauvaise idée, et qu'il pourrait l'appeler... le club des milliardaires. Picsou lui dit que le nom était pas mal, mais que ce serait bien s'il pouvait lui laisser faire « une petite intervention » : il mit donc un sparadrap sur son derrière, et c'est à ce moment que le photographe prit la photo.

« Voilà comment j'ai gagné mon premier million », conclut Picsou. Donald avait l'air content d'avoir enfin compris le sens de la photo. Picsou remarqua que ce n'était que son premier million, et Donald avait tout de suite l'air moins content en pensant que son oncle allait peut-être raconter l'histoire de tous ses millions. Picsou montra alors la photo de son deuxième million : on le voit dessus en train de tondre une pelouse. Ses neveux lui demandèrent s'il avait gagné son deuxième million en étant jardinier, et Picsou répondit que dans un certain sens oui, mais qu'il allait raconter l'histoire la prochaine fois !

En coulissesModifier

Cette histoire a été publiée de fois en France : dans le Mickey Parade Géant n°305, du 6 août 2008, et dans le Super Picsou Géant n°197, du 14 décembre 2016.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .