FANDOM


Où est passé Picsou ? est une histoire en bande dessinée de six planches scénarisée par Lars Jensen et crayonnée par Maximino Tortajada Aguilar, publiée pour la première fois le 5 juillet 2006 au Danemark. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck et ses neveux, Émilie Frappe, Daisy Duck, Miss Tick De Sortilège, Lableuzaye, un robot aux allures de canard anthropomorphe, Gontran Bonheur, Elvire Écoutum, Gus Glouton, Mickey Mouse, Dingo, Clarabelle Cow, Lili, Lulu et Zizi Duck, et des antagonistes comme les Rapetou, Tachon Farflung et Automaton X. Elle se déroule à Donaldville, dans le futur, bien que la période du présent jusqu'à ce futur soit racontée.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Où est passé Picsou ?

Première page du récit en néerlandais

Les premiers mots de l'histoire sont : « Donaldville, cent ans plus tard. Le Musée d'Histoire du Calisota est l'endroit idéal pour effectuer des recherches sur le passé... » Un robot avec une tête métallique évoquant celles d'un oiseau anthropomorphe féminin fait la visite guidée du musée à un groupe de touristes. Elle enchaîne avec la salle du legs de Balthazar Picsou, dans laquelle on trouve des objets ayant appartenu au milliardaire. Picsou, qui, il y a cent ans... C'est alors qu'intervient une distorsion temporelle[1] : cette fois, ce ne sont plus les legs du milliardaire, mais le quartier où Balthazar Picsou vivait qui a été reconstitué en tableaux et maquettes. On trouve même la 313 et des inventions de Géo Trouvetou. Une fille demande au guide ce qu'est un objet sous verre : la baguette magique de Miss Tick De Sortilège.

Un jour, on ignore toujours pourquoi, la baguette manqua son coup. Au lieu de faire atterrir le sou fétiche dans sa main, celui-ci a été envoyé vers une destination inconnue. Les neveux et Donald aidèrent Picsou à le retrouver, en vain : après des semaines de chagrin, Picsou quitta la ville une nuit, et personne ne le revit jamais. Durant deux ans, des bandits venus des quatre coins de l'univers profitèrent de l'absence de Picsou pour attaquer le coffre, mais sa fortune survécu grâce aux efforts conjugués de sa famille et de ses amis, comme Daisy Duck, Gontran Bonheur, Grand-mère Donald, Gus Glouton, Lili, Lulu et Zizi Duck, face à plusieurs adversaires connus tels que cinq Rapetou, Tachon Farflung et Automaton X.

Un jour, Donaldville élut un nouveau maire, Lableuzaye, dont le fer de lance de campagne a été la suppression de toutes les taxes. Pour financer ses promesses de campagnes, il alla voir les neveux de Picsou, étant les nouveaux propriétaires de ses biens, et porta plainte pour taxes et amendes impayées. Un autre bandit prétendit être un héritier de Picsou, mais le tribunal tranchera, à l'issue de plusieurs années de procès, en faveur de la famille Donald. Pour éviter d'autres procès, tout l'argent du coffre finit dans des banques, et l'Empire Picsou devint une œuvre de charité dirigée par Donald et Miss Frappe. Plus tard, Donald renvoie Archibald Gripsou et John Flairsou, devenus extrêmement pauvres, vu que leurs vêtements sont en lambeaux, de son bureau, dont la pancarte indique Fondation Picsou. Dans la même soirée, Donald demanda Daisy en mariage.

Le mariage eut lieu à la cathédrale Notre Duck, en compagnie de nombreux amis de Donald, comme Dingo, Mickey Mouse et Clarabelle Cow , et ils vécurent heureux très longtemps. Lorsque Donald et Émilie Frappe prirent leur retraite, la Fondation fut confiée aux neveux, qui accomplirent un vieux souhait : recentrer la Fondation sur l'écologie. Grâce à leur travail, la pollution a disparu sur toute la planète, les énergies utilisées sont des énergies propres et ils ont fait la couverture du magazine Canards d'Élite, sur laquelle le portrait de famille apparaît, mais avec des vêtements futuristes, malgré leur âge d'origine.

Quelques années auparavant la visite du musée, le sou fétiche réapparut dans le coffre-fort, sans que l'on ne sache pourquoi. Depuis, il est exposé dans cette section du musée. C'est alors que Picsou en personne apparaît en expliquant qu'il a donné la baguette à Géo pour retrouver son sou. Celui-ci a découvert qu'il est réapparu cent ans plus tard, et a bricolé une machine à voyager dans le temps à l'aide d'une baignoire pour envoyer Picsou à cet instant précis. Celui-ci récupère alors son sou et retourne à son époque avant même que le guide ai pu finir sa question. C'est alors qu'intervient une nouvelle distorsion temporelle : la baguette magique est donc au musée à cause d'une énième tentative ratée de Miss Tick.

En coulissesModifier

Cette histoire, bien que très courte, est remplie d'informations sur l'histoire de l'univers de Donald Duck. La visite du guide en est le parfait exemple, mais la vue d'ensemble du bâtiment cent ans plus tard permet de voir à quoi ressemble une rue de Donaldville, au niveau du design des trottoirs, des voitures, du gadget électronique utilisé par un passant, de la forme des bâtiments... Les objets inventés par Géo au musée et les tableaux montrent également ce changement, représentant tantôt le fort tel qu'on le connaît, tantôt des lotissements, tantôt le fort bardé de panneaux solaires... La précédente salle du musée est également commentée, et la fin a été retranscrite : « Et après cet incident, les habitants de Hothead Hollow n'ont plus rien à craindre les hors-la-loi ! »

Canon et hors-canon dans cette histoireModifier

On peut également utiliser cette histoire pour redéfinir les termes de canon et d'hors-canon : en effet, l'histoire elle-même considère, selon le moment où l'on s'y trouve, des parties de celle-ci comme hors-canon. Il est désormais possible d'expliquer n'importe quel fait plus ou moins cohérent, comme la mort de Balthazar Picsou, la disparition de Donald pendant plusieurs années, le vœu de Donald de ne pas exister, qu'il peut être considéré comme canon avec un retour dans le temps qui modifie le cours des choses. À contrario, nous pouvons considérer qu'il n'y a pas une seule planche considérée comme canon, en se basant sur une histoire fictive du Calisota existante dans une autre réalité, après un dernier retour dans le temps empêchant tout cela d'exister... ou simplement considérer cette histoire comme hors-canon.

Références à d'autres auteursModifier

Cette histoire est remplie de références à de nombreuses autres histoires d'auteurs très divers, dont notamment Le mariage du siècle, La belle époque ou encore Donald, justicier à Pistol-City. Certains personnages créés par Carl Barks ont également été utilisés dans cette histoire en tant qu'hommage à l'œuvre de ce dessinateur, tels que le juge Hibou, Arnach McChicane et Azor Lebleu.

Publications françaisesModifier

Cette histoire n'a été publiée à deux reprises en France : dans Le Journal de Mickey n°2848 du 17 janvier 2007 puis dans Le Journal de Mickey n°3369 du 11 janvier 2017.

Notes et référencesModifier

  1. Dans cette histoire, nous parlons d'un futur parfois modifié à cause des voyages dans le temps. Le cours du passé change parfois, modifiant le scénario de l'histoire sans suite logique avec le précédent. Chaque « distorsion temporelle » sera indiquée pour plus de clarté.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .