Oncle Picsou et l'amulette sur mesure est une histoire longue en bande dessinée de trente planches dessinée par Romano Scarpa et Rodolfo Cimino et scénarisée par Carlo Chendi, publiée pour la première fois en Italie le 11 novembre 1962. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck et, pour la première fois, Oscar Bonheur. L'action se déroule à Donaldville ainsi que dans une forêt non-loin.

Synopsis[modifier | modifier le wikicode]

Balthazar Picsou retrouve l'un de ses neveux, Oscar Bonheur, qui lui porte malheur...

Résumé complet[modifier | modifier le wikicode]

Fantomiald 2.jpg
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.


Ce matin-là, Balthazar Picsou était d'excellente humeur. En effet, ses actions grimpent en flèche, il parvient à attraper un journal presque neuf et, en plus, il trouve un trèfle à quatre feuilles confirmant sa chance de la journée. Mais voilà que, alors qu'il se promène dans la rue, un meuble porté par un déménageur tombe sur son pied. En voulant soulager sa douleur, il reçoit sur la tête un réverbère. Picsou est assez perdu : sa journée avait si bien commencé. Il comprend bien vite la raison de cette malchance soudaine : son neveu Oscar Bonheur vient le saluer. Le milliardaire tente d'éviter à tout prix ce neveu qui, selon lui, ne lui fait que porter malheur. Mais à chaque fois, il se retrouve dans une fâcheuse posture.

Un peu plus tard, Donald aperçoit son richissime oncle, totalement anéanti. Il lui demande alors ce qu'il se passe. Il explique que la venue de son cousin en est la cause. Soudain, Donald lui dit qu'il a une surprise. Oscar Bonheur arrive alors, fier de retrouver son oncle et son cousin. De nouveau, le milliardaire tente de s'échapper mais manque de se faire écraser par une voiture. Résigné, il repart dans son coffre-fort, sûr qu'à cause de son cousin, il va perdre plusieurs milliards de dollars.

Arrivé à son coffre, un des assistants de Picsou vient voir son patron, affolé, pour le prévenir qu'il a perdu près de dix-sept milliards de dollars.Picsou se dit alors qu'il doit partir loin, partir dans un lieu loin de son neveu pour éviter sa malchance.

Cependant, son autre neveu Donald se prépare à partir camper avec ses jeunes neveux Riri, Fifi et Loulou. Il arrive alors dans la forêt mais se rend compte qu'il les a oublié et doit alors repartir les chercher. Les jeunes canetons sont furieux ! Mais Donald est optimiste et leur demande alors, une fois revenu dans la forêt, de préparer le campement. Ils aperçoivent Picsou qui, lui aussi, souhaite camper pour échapper à son neveu. Les jeunes canetons, sous les ordres de Donald commencent à préparer le terrain, à pêcher des poissons et à préparer le dîner alors que leur oncle se repose tranquillement. Ils se disent alors qu'ils ne souhaitent vraiment pas des vacances comme cela.

Leur riche oncle, tout près de là, souhaite lui également dîner et arrive les voir, attiré par la douce odeur du poisson pêché. Il demande alors s'il peut en avoir un peu. Donald dit à ses jeunes neveux de donner leur poisson à leur oncle et de prendre des haricots en boites, chose qui les met encore plus en colère.

Le soir venu, Picsou part se coucher dans son sac de couchage alors que Donald et ses neveux se couchent dans leur tente confortable. Mais Picsou a fort mal au dos et, en pleine nuit, vient voir Donald pour avoir de la place dans sa tente. Il ordonne à ses jeunes neveux de laisser leur lit et de prendre le sac de couchage de Picsou. Résignés, ils s'y rendent et se disent qu'ils sont très déçus de ses vacances.

Cependant, près de là, deux gnomes aperçoivent les jeunes canetons et se disent qu'ils ne méritent pas cela. Ils ont alors une idée pour les aider. Ainsi, le lendemain matin, les jeunes canetons se réveillent et se rendent compte qu'ils dormaient sur un demi-mètre d'aiguilles de pin, rendant très moelleux leur sac de couchage. En plus, ils découvrent que le petit-déjeuner à été préparé. Quand Donald arrive, ils expliquent qu'ils n'ont rien fait mais il ne les croit pas. Heureusement, les jeunes canetons découvrent un bonnet minuscule qui appartient, selon leur manuel des Castors Juniors, à des gnomes. Cela intrigue Picsou et Donald. Picsou comprend qu'ils sont venus car ils ont agit comme des égoïstes en faisant travailler les enfants. Ils ont eu pitié des canetons et ont voulu les aider. Il se dit alors que les gnomes pourraient peut-être l'aider pour contrer la malchance d'Oscar Bonheur. En effet, ils sont les derniers fabricants d'amulettes qui pourrait conjurer le mauvais sort. L'un des canetons expliquent, grâce à son manuel, qu'on peut les attirer avec de la musique.

Ainsi, après avoir taillé des flutes dans des branches d'arbres, tous les canards commencent à jouer de la musique. Cependant, après plusieurs heures, personne ne vient. En effet, les gnomes détestent ce qu'ils jouent et décident d'aller les voir pour qu'ils arrêtent. Quand ils arrivent, Picsou tente de demander leur aide, gentiment. Mais les gnomes ironisent sur le fait qu'ils devraient plutôt demander d'élever des enfants. Mais ils finissent par accepter. Toutefois, il faut amener la source du mauvais sort pour pouvoir fabriquer une amulette sur mesure.

Donald part alors à Donaldville chercher son cousin. Après plusieurs heures et alors que Picsou attendait tranquillement leur venue, il reçoit sur la tête une ruche, chose qui prouve que son neveu arrive. En effet, voilà Donald et Oscar qui reviennent de Donaldville. Les gnomes peuvent alors prendre les mesures d'Oscar, alors que ce dernier crie à qui veut l'entendre qu'il n'est pas une source de malchance. Mais voilà que Picsou reçoit un énorme tronc d'arbre sur la tête. Il se dit qu'il devrait s'éloigner de là pour être en sécurité.

Après plusieurs heures où Picsou a faillit mourir plusieurs fois, voilà que les gnomes ont fini leur travail et amènent l'amulette à Picsou. Il peut prendre dans ses bras Oscar Bonheur sans que rien ne lui arrive. Picsou remercie chaleureusement les gnomes et leur dit qu'il n'a pas oublié sa promesse. Intrigué, Donald demande la nature de cette promesse. Picsou lui dit alors qu'il a promis de ne plus jamais faire travailler les enfants et qu'il les servira, tout comme Donald ! Ainsi, ce soir-là, c'est Picsou et Donald qui font la cuisine et servent leur neveu et leur cousin, bien heureux de ce repas familial.

En coulisses[modifier | modifier le wikicode]

Inspirations[modifier | modifier le wikicode]

Affiche du film Darby O'Gill et les Farfadets, possible inspiration de cette histoire.

Romano Scarpa et Carlo Chendi ont pu, sans que ce soit certain, s'inspirer d'un film issu de la firme Disney Darby O'Gill et les farfadets de 1959[1], avec notamment Sean Connery, Albert Sharpe ou encore Janet Munro. En effet, dans ce film, un vieil homme irlandais fait usage de pratiques magiques d'une bande de petits lutins, chose que l'on retrouve dans l'atmosphère un peu magique de ce récit.

Publication française[modifier | modifier le wikicode]

Cette histoire ne fut publiée qu'une seule fois en France, dans l'intégrale publié par Glénat, Les grandes aventures Disney - Intégrale Romano Scarpa n°8 du 6 janvier 2021, soit 59 après sa création.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Précédée par Oncle Picsou et l'amulette sur mesure Suivie par
Oncle Picsou contre Lord Hambar
Histoire de Romano Scarpa

1re parution : 11 novembre 1962
Donald et le prix de bonté
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.