FANDOM


Picsou, prends garde à toi ! est une histoire en bande dessinée de dix planches scénarisée par François Corteggiani, dessinée par Santiago Barreira et encrée par le studio Comicup. Elle est publiée pour la première fois le 18 janvier 2006 en France. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Baptiste et les Rapetou. L'action se déroule à Donaldville.

SynopsisModifier

Menacé par les Rapetou, Picsou engage son neveu Donald en tant que garde du corps. Mais malgré les précautions du canard, les Rapetou réussissent à enlever le milliardaire.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.
Donald voit des garde-meubles saisir ses biens

Donald Duck voit des garde-meubles saisir ses biens.

En ce jour pluvieux, Donald a encore perdu un emploi, cette fois il perd la profession de veilleur de nuit. Mais alors qu'il pensait se lancer dans sa vocation de veilleur de jour, le canard voit devant chez lui un camion de débarras garde-meubles avec des individus saisissant ses affaires sur ordre d'avis d'expulsion. Cet ordre a été délivré par maître Kraspek, un huissier de justice mandaté par le propriétaire de la maison, Balthazar Picsou.

Après une longue maltraitance, Donald tombe dans une trappe

Après une longue maltraitance, Donald Duck finit dans une trappe au dépôt de Balthazar Picsou.

Donald se rend alors au dépôt de Balthazar Picsou afin de s'expliquer sur cette saisie alors qu'il n'a que six mois de loyer en retard mais le canard est considéré comme un malvenu puisqu'il se fait électrocuter, assommer et piéger dans une trappe. Constatant qu'il s'agit de son neveu, Picsou le délivre, à contrecoeur car envahi par les soucis. Le milliardaire en profite pour dire que cette expulsion est justifiée à cause des six mois de loyer en retard.

Picsou montre à Donald la lettre de menace des Rapetou

Balthazar Picsou montre à Donald Duck la lettre de menaces pleine de fautes d'orthographe des Rapetou.

Néanmoins, Picsou propose un emploi de garde du corps à son neveu : en effet, il a reçu une lettre de menaces des Rapetou, reconnaissable par ses nombreuses fautes d'orthographe, et attend de son neveu qu'il le protège. Le canard en costume de marin accepte en échange d'un équipement cher comme des oreillettes, un costumes, des lunettes noires, des bidules électroniques et des primes de risques. En pleurs, l'oncle finit malgré tout par accepter la condition de son neveu.

Les Rapetou ont réussi à enlever Picsou

Les Rapetou ont réussi leur enlèvement de Balthazar Picsou.

Donald fait alors sortir discrètement son oncle et le fait monter dans la limousine, persuadé de voir Baptiste au volant. Mais quand le majordome se présente à lui, le garde du corps comprend un peu tard que les Rapetou sont au volant, les bandits n'ont donc pas de mal à s'enfuir avec leur otage. Un peu plus loin, les Rapetou téléphonent à Donald pour lui exiger une rançon de trois cents millions de dollars en échange de la libération du milliardaire, ce qui refuse Picsou. Néanmoins, Donald retourne au dépôt et fait du bruit dans le dépôt pour tromper la vigilance des bandits.

Les Rapetou se réjouissent de l'arrivée de leur butin

Les Rapetou se félicitent de la livraison de la rançon.

Plus tard, Baptiste se rend chez les Rapetou puisqu'il a eu l'adresse en faisant le 118 comme tout le monde. Le majordome invite alors les bandits à voir la rançon mais ils sont rapidement déçus quand ils ne voient que des sacs de boulons, d'autant plus que Donald a profité de l'absence de surveillance pour libérer son oncle Picsou. Les bandits reprennent alors la limousine pour poursuivre les deux canards qui courent. C'est quand Picsou dit que Donald a intérêt à les stopper s'il tient à sa prime que le canard décide de s'arrêter sur la voiture des Rapetou qui fonce sur lui.

Picsou tient sa promesse face à un Donald hospitalisé

Balthazar Picsou annonce tenir sa promesse face à un Donald Duck hospitalisé.

Donald est alors hospitalisé et Picsou le remercie de lui avoir permis de rentrer chez lui sain et sauf. Le milliardaire tient alors à respecter sa promesse et accorde une prime de risque. Néanmoins il décide de déduire de cette prime ses six mois de loyers en retard, les frais d'huissiers et de garde-meubles, sa tenue et le prix des boulons. Furieux, le canard convalescent se décide à pourchasser son oncle.

Donald pourchasse Picsou après la diminution de sa prime de risque

Fin

En coulissesModifier

Publications françaisesModifier

Cette histoire est parue en France à deux reprises :

  • Le Journal de Mickey n°2796 du 18 janvier 2006 ;
  • Le Journal de Mickey n°3413 du 15 novembre 2017.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .