FANDOM


Picsou brûle les planches est une histoire en bande dessinée de vingt-huit planches scénarisée par Carlo Panaro et dessinée par Romano Scarpa. Elle fut publiée pour la première fois le 4 juin 1989 en Italie. Elle met en scène Balthazar Picsou, John Flairsou, Donald Duck et Riri, Fifi et Loulou Duck. L'action se déroule à Donaldville.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Apprenant au club des milliardaires qu'il y aura une pièce de théâtre de charité et ses affaires étant bien calmes, Balthazar Picsou a décidé de s'offrir une courte carrière artistique. Il réussit d'ailleurs les auditions puisque le metteur en scène, monsieur Clic, l'embauche immédiatement, apprenant au passage que Flairsou est le sponsor de cette pièce de théâtre. Et bien évidemment, Flairsou a décidé de saboter la pièce afin d'empêcher que son rival triomphe en tant qu'acteur. Durant les répétitions, Flairsou refourgue à son rival un faux texte et un briquet de fumigène avant d'asséner le coup de grâce en cassant volontairement la copie de la tasse dorée servant à la pièce. Mais Picsou possède la tasse originale et la pièce peut donc avoir lieu.

Ce soir là, au Grand Théâtre de Donaldville, il y a foule pour voir cette pièce racontant l'histoire de L'or du Yukon ou les aventures des anciens chercheurs du Klondike, Picsou jouant le rôle du nain Doron. Donald, de son côté, est chargé de surveiller la tasse dorée mais il assomme malencontreusement son oncle avant de le réveiller en l'arrosant d'eau sale. La pièce débute avec un accident : sur son ressort, Picsou atterrit sur une spectatrice qui le renvoie sur scène en le frappant avant de se retrouver arrosé par du pétrole. Dans la scène suivante, la boîte de caramel devient un piège de farces et attrapes où Picsou se retrouve sous l'effet d'un gaz hilarant et éclate de rire. Pour Flairsou, le bonheur est immense car Picsou gâche la pièce et les spectateurs se paient la tête de l'homme le plus riche du monde. Pendant ce temps, une personne lorgne sur la tasse dorée et Picsou suspecte immédiatement un Rapetou déguisé. L'individu en question vole la tasse à la scène suivante tandis que Picsou, Donald et un police s'invitent pour arrêter un voleur qui était en réalité le Président du club des milliardaires, invité par Flairsou à avoir un rôle dans la pièce. Les spectateurs rient aux éclats, ce qui enchante Flairsou mais aussi le producteur Laurent Berger qui voit le potentiel comique de Picsou et lui propose même le rôle principal de son prochain film, tout cela grâce à Flairsou. En guise de reconnaissance, Picsou offrira à son rival un billet à moitié prix pour son prochain film.

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Ce récit n'a été publié dans Mickey Parade n°141 du 4 septembre 1991.

La spectatrice devenue... spectateur?!Modifier

SpectatriceChangeDeSexeBrûlePlanches

Le changement de sexe dû à l'écrasement de Balthazar Picsou

C'est l'étonnante transformation que l'on peut voir dans ce récit : lorsque Balthazar Picsou écrase la spectatrice lors de son entrée sur scène, il est étonnant de voir que celle-ci devient... un homme.

Cette modification que l'on constate donne forcément un résultat incohérent, d'autant que l'encré est différent du reste de l'histoire, qu'une certaine quantité d'espace vide est laissé autour de l'homme et qu'on n'a pas vraiment l'impression que ce spectateur soit dessiné par Romano Scarpa.

Cette incohérence se retrouve également dans la version originale italienne, toutes éditions confondues. Selon les hypothèses de nombreux lecteurs, ç'aurait été une censure car il aurait été "incorrect" de montrer une femme ayant subi le choc d'un coup, ou bien de montrer une femme se montrant physiquement violent avec Picsou.

Précédée par Picsou brûle les planches Suivie par
Concurrence gastronomique

Concurrence gastronomique
Histoire de Romano Scarpa

1re parution : 4 juin 1989
Topolino capostazione
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .