Picsou et le sage de Ulah-Ulah est une histoire en bande dessinée de trente-sept planches scénarisée et dessinée par Romano Scarpa et encrée par Rodolfo Cimino. Elle a été publiée pour la première fois le 10 août 1959 en Italie. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, les Rapetou ainsi que Hector Sadé.

Synopsis[modifier | modifier le wikicode]

Picsou a acheté un tout nouvel ordinateur suite à une différence de 24 dollars et 2 cents entre ses deux équipes de comptabilité. Mais la machine refuse d’interagir avec quelqu’un qui ne lui est pas sympathique. Picsou appelle donc l’inventeur de la machine et il se trouve que le seul être sympathique aux yeux de la machine est Hector Sadé, un ermite vivant sur l’île d’Ulah-Ulah...

En coulisses[modifier | modifier le wikicode]

Anecdotes[modifier | modifier le wikicode]

Dans Picsou et le sage de Ulah-Ulah, Romano Scarpa traite de manière admirable le thème délicat de la différence. Le très velu Monsieur Bunz, (Hector Sadé, en version française), venu d’une île lointaine, est en effet une sorte de bon sauvage semblable à Jean-Jaques Rousseau, très habile dans la manipulation de l’énorme cerveau électronique de Picsou inventé par le professeur Ticketacker (Duticket, en version française), mais aussi injustement soupçonné, précisément parce qu’il est « différent », d’avoir volé l’argent du magnat. Un point fort de cette histoire est sa structure narrative très élaborée. L’aventure est en effet un long flash-back, entremêlée, et est conclue par des scènes se passant dans le présent. Elle est racontée à tour de rôle par Picsou et ses neveux, avec un point de vue multiple pour lequel Scarpa semble faire allusion au chef-d’œuvre du réalisateur japonais Akira Kurosawa, Rashômon (1950).

L’histoire est à nouveau signée « RS » (toujours pour Romano Scarpa) dans la dernière case. Elle est parue aux États-Unis dans les numéros 28 et 29 d’Uncle Scrooge Adventures, sous le titre de Uncle Scrooge in The Man of Oola-Oola.

Publications françaises[modifier | modifier le wikicode]

Cette histoire fut publiée à deux reprises en France, dans :


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.