FANDOM


Quel grand enfant cet oncle Picsou est une histoire en bande dessinée de dix-neuf planches scénarisée par un auteur inconnu et dessinée par Dick Moores, publiée pour la première fois en janvier 1956 aux États-Unis. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Grand-mère Donald et Riri, Fifi et Loulou Duck. L'action se déroule à Donaldville.

SynopsisModifier

Depuis un certain temps Picsou s'est mis au régime et ne mange que des cailles matin, midi et soir. Mais quand il apprend dans le journal que leur prix à augmenté de huit francs, le milliardaire essaye par tout les moyens d'en obtenir gratuitement...

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.


Quel grand enfant cet oncle Picsou - extrait 1

Picsou en régime ne mange plus que des cailles...

Donaldville est complètement recouverte de neige ; et Donald Duck et ses neveux qui se dirigent chez Grand-mère Donald observent un drôle de manège depuis leu traîneau : Au loin Balthazar Picsou, le milliardaire court dans tout les sens avec son filet à papillons. Il semblerait que le vieux gâteux chasse les cailles en leur courant après. En effet depuis un certain temps, Picsou qui est au régime, ne mange plus que de la caille matin, midi et soir ; et depuis que les journaux ont annoncés que leur prix avait augmenté par huit francs par livre, il à décidé d'en attraper lui même plutôt que de payer plus cher. Il leur doit dit-il, sa bonne santé et sa vigueur de leur coté les canards ne sont pas prêt d'en avaler une bouchée.

Quel grand enfant cet oncle Picsou - extrait 2

Elvire retrouve Picsou jonché en haut d'un arbre...

Un peu plus tard, après des heurs passés à courir après des cailles sans en attraper une seule, le milliardaire est à bout de souffle. Picsou se rappelle alors qu'il en à vu en grandes quantités près de la ferme d'Elvire, se disant q'elles étaient surement bien grasses donc faciles à prendre ; Balthazar ce dirige donc vers la ferme de cette dernière pour tenter sa chance. Pendant ce temps, Donald et les enfants sont aussi chez grand-mère pour lui rendre son traîneau ainsi que Cocotte son cheval, ceci fait elle les invite à venir prendre de la brioche et de café. S’apprêtant à rentrer dans sa maison, Elvire aperçoit quelqu'un qui rode derrière les arbres au loin, elle qui déteste les maraudeurs à vite fait de prendre son fusil pour savoir de ce qu'il en ait. De son coté l’intrus qui n'est autre que Picsou, remarque la cane arriver au loin et décide de se cacher prenant peur de ce qu'elle pourrait penser de sa chasse au caille. Ainsi Grand-mère Donald étonné, trouve Picsou perché de manière ridicule en haut d'un arbre avec son filet à papillon ; décidément le pauvre retombe en enfance et à grand besoin d’être soigné.

Quel grand enfant cet oncle Picsou - extrait 3

Donald se moque de Picsou...

De retour chez elle, Elvire s'empresse de téléphoner au médecin pour lui demander de venir, Picsou refuse de lui avouer la véritable raison de sa présence sachant qu'elle ne peut souffrir les braconniers et qu'elle ne lui pardonnerait donc jamais. Voyant qu'il était revenu bredouille, Grand-mère monte lui chercher un joujou pour qu'il ne soit pas triste ; décidément elle le prend vraiment pour un gâteux ! Au même instant, le médecin que grand-mère à appelé arrive, ce dernier voit alors Picsou avec son yo-yo et pense tout de suite que c'est inquiétant. Ainsi pour prouver qu'il n’est pas malade, Picsou prétend qu'il était en fait à la recherche de souris ; ce qui n'arrange pas vraiment son cas : selon le médecin, attraper des souris pour les élever est un cas de gâterie caractérisé ! Picsou renonce alors à ce justifier : tout ce qu'il peut dire ne lui servira à rien.

Quel grand enfant cet oncle Picsou - extrait 4

Picsou à perdu plus qu'il n'en à gagné...

L’ordonnance du médecin est donc claire : il prescrit à Picsou un moi de croisière en mer sous la garde de parents dévoués. Ainsi grand-mère chargé par le médecin de faire respecter l’ordonnance est claire, ce sera Donald et ses neveux qui accompagnerons le milliardaire à sa charge. Ce qui bien-sur ne plait pas trop à Picsou, pour avoir voulu économiser huit franc, le milliardaire se retrouve à devoir dépenser 367.644 francs de frais ! De plus le bateau sur lequel ils se sont embarqués ne sert même pas de cailles. Ainsi, pour ne pas mourir de faim Picsou n'à plus qu'une solution, rentrer à Donaldville et avouer tout à grand-mère. Mais comme ils sont déjà en pleine mer impossible de revenir en arrière ; Picsou est alors obligé d'acheter tout le navire afin de rebrousser chemin. L'idée de rentrer de si tôt ne plait pas beaucoup à Donald et aux enfants qui s'amusaient plutôt bien ; heureusement, ils réussissent à empêcher la signature du contrat en annonçant une bonne nouvelle à leur oncle : apparemment le cuisinier se serait trompé, il y à bien des cailles sur le bateau et il lui en à même mis à cuire. Picsou est fou de joie, il ne s'est même pas aperçu qu'on lui avait servit une mouette !

Quel grand enfant cet oncle Picsou - extrait 5

Picsou se sent revigoré.

Quelques jours plus tard, Picsou se sent en forme et léger comme une plume. Mais le milliardaire est quand même curieux de savoir pourquoi il ne voit plus de mouettes roder au tour du bateau ; les neveux le rassurent en disant qu'il étaient simplement trop loin de la cote, ce qu'il ne sait pas c'est qu'il vient de mander la dernière au déjeuner. Ce que nul n'avait prévu c'est que le milliardaire à entendu la conversation entre le capitaine et le second qui se moquaient de lui parce qu'il n'y avait plus de mouettes ! le vieux grigou comprend alors que ces neveux ont simplement voulu se payer une croisière à se frais, mais c'est fini cette fois il les ramène chez eux. Picsou se rend ainsi dans la cabine du capitaine pour procéder à l'achat du bateau, comme se dernier était absent le milliardaire en profite pour consulter les cartes maritimes de la région ; ce qu'il y voit le fait sauter de joie : plus besoin d'acheter le bateau.

Quel grand enfant cet oncle Picsou - extrait 6

Picsou pique une crise.

Le soir au dîner, Picsou refuse de manger autre chose que des cailles comme à son habitude. Comme il n'y en à plus, le vieux fou pique une crise et se met à frapper des poings sur la table obligeant le capitaine à intervenir. Visiblement, Balthazar refuse de rester une minute de plus sur un bateau sans cailles et insiste pour qu'on le conduise immédiatement à terre. le capitaine du bateau n'à pas d'autres choix que de céder à ses caprices et décide de lui donner un canot de sauvetage pour rentrer, mais ce n'est pas tout, Picsou exige qu'on lui rembourse le prix du voyage. Naturellement, le capitaine refuse, selon lui le prix du canot couvre amplement le prix des places ; c'est don raté pour Picsou qui voulait obtenir le bateau en plus du remboursement. De leur coté Donald et les enfants refusent de le suivre, mais à leur grand malheur il sont obligés par l'ordonnance du médecin à l'accompagner. Sur le canot, Picsou guide ces neveux vers une îles paradisiaque que selon lui Donald et les enfants apprécierons beaucoup. Mais puisque il y arrivent de nuit, les canards décident d'attendre le lendemain pour explorer.

Quel grand enfant cet oncle Picsou - extrait 7

Donald et les enfants se sont bien fait bernés...

le lendemain à l'aube les canard se réveillent sur une surprise : l’île est couverte de cailles ! En effet l'«Île aux cailles» en est infesté, il y en aurait suffisamment assez pour nourrir Picsou pendant un siècle. Depuis qu'il l'à repérée sur carte du capitaine il à décidé de les y conduire. Malheureusement pour les neveux il n'y à rien d'autre à manger sur l’île, ça leur apprendra à nourrir Picsou avec des mouettes. C'est alors que Picsou qui pensait les avoir bien bernés ce rend compte d'une chose : il à oublié d'emporter des allumettes ! des milliers de cailles à porté de main et aucun moyen de les faire cuire. Nos héros n'ont pas d'autre choix que de quitter l’île bredouilles.

Quel grand enfant cet oncle Picsou - extrait 8

Picsou fait le difficile...

Heureusement pour eux, les canards trouvent un pistolet signaleur dans le canot qu'ils pourrons utiliser pour les repêcher. Longtemps après, ils aperçoivent enfin un bateau qui pourra les secourir. Mais Picsou refuse de grimper à bord ! et pour cause : le bateau ne sert pas de cailles. Ainsi, bien des bateaux plus tard, les palmipèdes tombent enfin sur un bateau qui à des cailles à son bord et embarquent pour retourner chez eux. Huit jours plus tard, les canard accostent dans le port de Donaldville après un long voyage ; ainsi Picsou se retrouve bredouille avec rien d'autre q'un canot qu'il ne pourra sans doute plus jamais utiliser. Qu'à cela ne tienne, le milliardaire fatigué de tout cela décide de retourner chez Grand-mère Donald pour tout lui avouer dans l'espoir qu'elle lui pardonne et lui donne l'autorisation de chasser la caille sur ces terres. Mais sur place Elvire à une nouvelle pour eux : pendant leur absence, les cailles ont dévorés tout ses semis, elle à donc du s'adresser à un spécialise pour s'en débarrasser ! A cette nouvelle Picsou en tombe à la reverse : finalement il sera bien obligé de payer huit francs de plus par livre. C'est alors que Donald à une idée, comme Picsou à toujours son canot, sans trop s'éloigner des cotes et simplement avec son filet à paillons balthazar n'à plus qu'à attraper des mouettes ! au moins elle sont gratuites. Attraper ses mouettes avec un filet à paillon, décidément la cure ne lui à rien fait.

Quel grand enfant cet oncle Picsou - extrait 9

Fin

En coulissesModifier

Publication françaiseModifier

Cette histoire fut publiée pour la première fois en France dans Les Belles Histoires Walt Disney (nouvelle série) n°37 daté du 1e février 1957, elle sera ensuite rééditée dans Le Journal de Mickey n°1021 du 9 janvier 1972.

Liens externesModifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .