FANDOM


Soldat de fortune ! est une histoire en bande dessinée de vingt planches scénarisée par Rodolfo Cimino, dessinée par Romano Scarpa et encrée par Giorgio Cavazzano, publiée pour la première fois 1er décembre 1966 en Italie. Elle met en scène Balthazar Picsou, Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck, Géo Trouvetou et maître Lachicane.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Dans le dépôt de Balthazar Picsou, les ennfants sont en joie de voir les répétitions du défilé annuel des militaires et leur oncle Picsou leur promet de leur avoir des invitations s'ils comptent les pièces de 1822. Et le milliardaire finit par tenir parole. Durant le défilé, les enfants s'extasient devant les militaires tandis que Picsou préfère lire son journal jusqu'à l'arrivée des missiles puisqu'il les fabrique et les vend à l'armée. Et en effet, chez les McPicsou, on préfère le commerce à l'armée, le premier d'entre eux ne commerçait qu'avec les légions romaines. Il en manque néanmoins un à l'époque des croisés qui n'a laissé aucun patrimoine.

Quelques jours plus tard, Picsou reçoit un colis d'Écosse en provenance du Comité de recherche des ancêtres perdus. Ils ont retrouvé son ancêtre manquant et lui envoient son portrait gratuitement. La surprise est qu'il s'agit d'un ancêtre guerrier, une surprise agréable pour Riri, Fifi et Loulou. Le portrait de cet ancêtre évoque alors un legs composé de nombreuses médailles le long de sa carrière. Les enfants enquêtent à ce sujet et apprennent que les médailles sont en or et pèsent plusieurs kilos.

Picsou va alors jusqu'en Écosse avec ses petits-neveux afin de récupérer les médailles de l'ancêtre. Mais sur place, ils apprennent que les médailles ne seront léguées qu'à ceux qui ont servi dans les légions étrangères peuvent entrer en possessions des médailles. De retour à Donaldville, Picsou consulte Maître Lachicane pour trouver un recours et l'avocat en conclue qu'un service militaire devrait suffire d'autant qu'il n'y a aucune clause d'âge dans le testament. Mais le milliardaire est recalé de l'armée de l'air puis de l'infanterie. Après acquisition d'une bouée, il tente sa chance dans la marine mais il y est également recalé.

C'est en lisant le journal que Donald trouve la solution pour son oncle : le sultan de l'île de Gorillandia cherche des militaires. Les enfants préviennent alors leur grand oncle qui apprend que cela convient pour récupérer les médailles. Le milliardaire s'envole et arrive à la caserne où il constate que la situation locale impose un équipement sportif aux miliciens, l'armée se basant davantage sur la rapidité que sur l'armement lourd. Malgré cet avertissement, Picsou finit par signer son engagement.

L'entraînement de Picsou porte ses fruits et il doit monter la garde pour signaler la présence de l'ennemi, un gorille. Il comprend que la milice a pour but d'empêcher les gorilles de pénétrer dans la cité de l'île, d'autant plus que le sultan en garde un en cage à proximité. Picsou en conclut qu'il est chez des fous et qu'il partira une fois son attestation en poche.

Au second tour de garde, Picsou a cette fois des jumelles et il a des difficultés à échapper au gorilles, les pris dans les jumelles et la milice lui ferme alors les portes de la cité au nez. Le milliardaire est alors capturé par les gorilles et constate que les singes sont tous heureux sauf celui qui l'a enlevé. Le milliardaire réussira à s'évader mais le gorille le repère et Picsou finit par lui lancer ses jumelles pour le faire trébucher et s'échapper.

Picsou interroge le général de la milice et apprend que le gorille est capturé tout petit depuis trois ans, même date des premières attaques des gorilles. Picsou comprend alors que le gorille qui attaque veut juste libérer son petit. Mais sans le gorille, ils ne sont pas prévenus des tremblements et en échange de son attestation de services, Picsou donne au sultan un détecteur de tremblements de terre fabriqué par Géo Trouvetou. Le gorille est alors libéré et retrouve sa famille tandis que Picsou retourne en Écosse récupérer ses médailles.

Pour fêter ça, dans son dépôt, Picsou fait venir ses trois petits-neveux et Géo Trouvetou admirer ses médailles. Lorsque le milliardaire affirme qu'elles valent dix mille dollars, il déchante quand Géo lui rappeler qu'il lui doit douze mille dollars suite à la construction du détecteur de tremblements de terre puisqu'il a dû utiliser des matériaux rares et coûteux, plongeant le milliardaire dans une crise de fièvre. Quelques jours plus tard, le sultan de Gorillandia envoie à Picsou dix mille dollars en remerciement.

En coulissesModifier

Publications françaisesModifier

Ce récit a été publié à deux reprises en France :

  • Picsou Magazine n°405 d'octobre 2005 ;
  • Picsou Magazine n°528 du 25 janvier 2017.
Précédée par Soldat de fortune ! Suivie par
Picsou contre le « canard »

Picsou contre le « canard »
Histoire de Romano Scarpa

1re parution : 1er décembre 1966
Arriva Paperetta Yè-Yè

Arriva Paperetta Yè-Yè
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .