FANDOM


Super Donald contre Super Duflair ! est une histoire en bande dessinée de onze planches scénarisée et dessinée par Don Rosa, publiée pour la première fois le 30 janvier 1992 en Allemagne. Elle met en scène Donald Duck, Riri, Fifi et Loulou Duck et le génie absolu de la terre et du cosmos, ainsi que Balthazar Picsou, Gontran Bonheur, Filament, Géo Trouvetou, Molékul en tant que caméos et Ion Cosmic (seulement mentionné). Elle se déroule à Donaldville.

SynopsisModifier

Donald Duck réprouve les aventures violentes de Super Duflair que lisent ses neveux mais a honte de sa propre situation, jusqu'à ce qu'il s'aperçoive qu'il doit livrer à des scientifiques un flacon d'isotopes donnant une force colossale. Il va tenter alors — sans succès — de leur prouver sa puissance...

Résumé complet Modifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Alors qu'il livre à vélo en tant que coursier, Donald surprend ses neveux en train de lire des histoires de Super Duflair, super-héros qu'il déteste par dessus tout. Lui reprochant de régler tous ses problèmes par la violence et d'être trop « nul », il conseille à Riri, Fifi et Loulou de lire plutôt les histoires de Marvin le singe, mais ces derniers le trouvent bien trop niais. Enervé par les propos de son oncle, un des neveux laisse échapper : « Et être coursier à ton âge c'est pas trop nul ? »

Donald continue sa tournée de livraison mais avec le sentiment d'être en effet un moins-que-rien, conscient que personne ne l'admire, et surtout pas ses neveux. Alors qu'il doit livrer un colis à un laboratoire rue du Secret, il le déchire malencontreusement et découvre un produit constitué d'isotopes liquides qui donnent apparemment « la force d'un cheval ». Voulant à tout prix être un héros aux yeux de ses neveux, Donald court le risque et boit une gorgée du flacon. Sur le chemin du retour, il se rend compte que la super-potion lui a en effet donné des super-pouvoirs. Il rentre dans sa maison avec l'intention d'épater les trois petits canards, qui pensent d'ailleurs qu'il est traumatisé par ce qu'ils lui ont dit le matin même et qu'il se prend maintenant pour un super-héros.

Donald veut d'abord faire le tour du monde en quelques secondes, mais il se rend vite compte que non seulement ses neveux ne verront pas son exploit car il ne durera qu'une demi-seconde, mais en plus il aura l'impression de mettre autant de temps qu'avant pour le faire, soit des années. Donald décide donc de changer de plan et de ramener une petite île avec la seule force de ses bras, mais celle-ci se désagrège et il renonce, de peur de détruire une partie de Donaldville. Il se met finalement en tête de ramener plutôt un paquebot, assez résistant pour ne pas se désintégrer une fois soulevé. Il réussit donc à porter L'Étoile Polaire qui a coulé dans la baie de Donaldville, mais ce dernier se replie en deux, écrasant Donald par la même occasion, se dernier se rendant d'ailleurs compte que ses super-pouvoirs commencent à diminuer. Alors qu'il ramène une moitié de paquebot à Donaldville pour la montrer à Riri, Fifi et Loulou, ses forces l'abandonnent et il est contraint de lâcher le bateau en plein sur sa maison. Voyant que ses neveux vont être écrasés, il tente de renvoyer le paquebot à la mer dans un dernier effort, ce qu'il réussit à faire mais chute en même temps dans son jardin. Ses neveux le ramènent dans son lit, pensant qu'il est tombé du toit du garage en essayant de s'envoler. Ils décident alors de troquer leur comics de Super Duflair contre ceux de Marvin le singe, qu'ils trouvent finalement bien plus intelligent que Super Duflair tant il arrive à « résoudre les problèmes sans aucun astéroïde ».

Riri, Fifi et Loulou finissent par admettre que si leur oncle n'est pas aussi riche et travailleur que Picsou, créatif que Géo ou chanceux que Gontran, il les a élevés tout seul malgré les difficultés, et que pour cela Super Duflair n'arrivera jamais à la cheville de Donald Duck !

En coulissesModifier

Références à Carl BarksModifier

La potion qui donne une force colossale et les comics de Super Duflair avaient été créés par Carl Barks dans son histoire, Sur les traces de Super Duflair ! d'août 1949. Super Donald contre Super Duflair ! n'en est pas vraiment une suite mais plutôt un remake ou un hommage.

En effet, Don Rosa réalise de nombreuses références à l'histoire de Barks :

  • Donald qui est ici coursier porte la même casquette et le même vélo que le coursier de l'histoire de Barks, bien que ce dernier soit bien plus âgé.
  • Le laboratoire se situe dans la même rue (rue du Secret) que dans l'histoire de Barks et le scientifique qui a fabriqué le produit à livrer est le professeur Ion Cosmic dans les deux cas. Le flacon et le colis ont d'ailleurs les mêmes apparences
  • Dans les deux histoires Donald soulève un paquebot de la mer.
  • À la fin des deux histoires, un neveu précise que Donald « ne se rappelle plus de rien depuis mardi dernier ».

Comme dans la plupart de ses histoires, Don Rosa fait quelques clins d'œil à l'univers de Carl Barks : on remarque à la case 2 de la page 4 le chien snob de l'histoire Canin malin ou taré racé ? (1946).

Une interprétation possible de cette histoire est qu'elle constitue une critique par Don Rosa du « remplacement » progressif des bandes dessinées Disney classiques (avec des canards entre autres) par des BD de super-héros au cours des années 1960 et 1970.

Publications françaisesModifier

Cette histoire a été publiée six fois en France, dans :

Précédée par Super Donald contre Super Duflair ! Suivie par
La Guerre des Windigos

Donald Duck Extra n°1992-09
Histoire de Don Rosa

1re parution : janvier 1992
Le Dernier du clan McPicsou

Uncle Scrooge n°285
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .