FANDOM


The Last Sled est une chanson composée par Tuomas Holopainen et chantée par Johanna Kurkela, Johanna Iivanainen et Alan Reid, issue de l'album Music Inspired by the Life and Times of Scrooge en hommage à La Jeunesse de Picsou de Don Rosa. La musique dure cinq minutes et quarante secondes.

HistoriqueModifier

The Last Sled couvre le chapitre Dernier traîneau pour Dawson, étant considéré comme l'épisode huit quater. Picsou quitte ici le Klondike qui l'a rendu riche, et la chanson montre l'adieu déchirant du jeune Picsou aux lieux glacés du Yukon.

Le premier couplet est un extrait d'un poème de Robert William Service, poète particulièrement connu pour ses écrits concernant le Canada. En fait, le poème avait déjà été repris par Don Rosa pour son épisode Dernier traîneau pour Dawson où Picsou prononce lui-même les mots du poète, qu'il aurait rencontré à Skagway. Tuomas Holopainen a d'ailleurs repris cette idée, puisque c'est Alan Reid, le chanteur jouant le rôle de Balthazar Picsou dans l'album, qui interprète ces vers.

Tuomas Holopainen a aussi placé une locution latine « Fortuna Favet Fortibus » qui signifie « La fortune sourit aux audacieux ». C'est peut-être une allusion à un dessin de Don Rosa, montrant la tombe de Picsou avec comme inscription la locution en question.[1]

Paroles et traductionModifier

Paroles originales Traduction

The Last Sled

"There's gold, and it's haunting and haunting, it's luring me on as of old !
Yet it isn't the gold that I'm wanting so much as much as just finding the gold !
It's great, big, broad land'way up yonder !
It's the forests where silence has tease !
It's the beauty that fills me with wonder !
It's the stillness that fills me peace !"

The great, broad land'way up yonder
Haunting him as of old
Yet, it ain't the gold itself, so much as finding the gold

Farewell, White Agony Creek
Farewell, the three long years
Can't leave behind what's in the sled

Things we lost
The things we couln't share
Another rainbow's end
Another memory
Fortuna Favet Fortibus
Hold on to all that's dear for you
As the last sled to Dawson finally arrives

The stillness that fills him with peace
The beauty of the wild
Rainbow's end with golden dreams
Starlit sky and coffee & beans

Farewell, White Agony Creek
Farewell, the three spring thaws
One day I will return to you

Le dernier traineau

"Il y a de l'or, et il m’obsède et m'envoûte, il m'attire comme autrefois !
Mais ce n'est pas tant l'or que je veux, que le plaisir de le trouver !
C'est la grande terre vaste et large, là-bas !
Ce sont les forêts où le silence a taquiné !
C'est la beauté qui m'emplit d'émerveillement !
C'est la tranquillité qui m'emplit de paix !"

Le grand et vaste pays là-bas
Le hante comme autrefois
Mais ce n'est pas tant l'or lui-même, que le plaisir de le trouver

Adieu, vallée de l’Agonie Blanche
Adieu, les trois longues années
Je ne peux abandonner ce qui est dans le traineau

Les choses que nous avons perdues
Les choses que nous ne pouvions partager
La fin d'un autre arc-en-ciel
Un autre souvenir
La fortune sourit aux audacieux
Accroche-toi à tout ce qui t'est cher
Alors que le dernier traîneau à Dawson arrive enfin

La quiétude qui le remplit de paix
La beauté de la nature
La fin de l'arc en ciel avec des rêves d'or
Ciel étoilé et le café et haricots

Adieu, vallée de l'Agonie Blanche
Adieu, les trois dégels printaniers
Un jour je reviendrai vers vous

Notes et référencesModifier

  1. Voir le dessin dans la section Mort du milliardaire en 1967 ? de la page Balthazar Picsou.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .