FANDOM


Voyage à deux est une histoire en bande dessinée de quatorze planches scénarisée par Michael Gilbert, crayonnée par Francisco Rodriguez Peinado et encrée par Enriqueta Perea. Elle met en scène Donald Duck, Achille Lagrogne, Riri, Fifi et Loulou Duck, Elvire Écoutum et beaucoup de personnages secondaires.

Résumé completModifier

Fantomiald 2
Attention. Le texte qui suit dévoile certains moments-clés de l’intrigue du récit.

Donaldville est en pleine canicule : quarante-cinq degrés à l'ombre. Cela n'exacerbe que plus les tensions entre Donald et Lagrogne, tandis que les neveux partent en vacances chez Grand-mère Donald. Mais une publicité remontera le moral du canard: une compagnie de croisière propose ses voyages à moitié prix, la publicité se basant sur la canicule. Donald part donc pour une semaine sur le S.S. Oceandream...

Malheureusement, les prix cassés ne sont pas sans défaut, notamment la présence de cabines doubles... ce qui rend l'offre possible. Et bien entendu, le compagnon de Donald n'est autre que son insupportable voisin ! Les deux rivaux demandent alors un remboursement immédiat, ce qui est impossible d'après le commandant, qui les invite toutefois à abandonner la croisière avant que les amarres ne soient larguées, sans un centime de dédommagement. Les deux voisins acceptent alors de se supporter pour la semaine à venir...

Peu après, les ennuis commencent déjà : une seule gaufre reste disponible sur le buffet. Donald la vue en premier, mais Lagrogne l'a récupérée immédiatement après... Le commandant tente de calmer le jeu en apportant un nouveau plateau de gaufres, mais Donald insiste pour récupérer celle qui est disputée... Et qui finit finalement sur la tête du commandant, projeté sur la table du buffet et mettant toute la nourriture au sol! Privés de déjeuner, les deux ennemis décident de s'ignorer à partir de cet instant...

Mais dans la même journée, les transats jumeaux permettent à Lagrogne de cacher le Soleil de Donald. Le soir même, il lit Voisins et autres nuisances, laissant donc sa lampe allumée et empêchant Lagrogne de dormir. Lagrogne qui, le lendemain matin, s'arrose copieusement de Lotion Grosgroin, donc l'odeur est insupportable pour le canard.

Pour l'anniversaire du commandant, celui-ci demande au cuisinier son plat préféré, des gaufres. Il est cependant interrompu par Donald et Lagrogne se battant sur le pont, pour un vol d'après-rasage... Le commandant leur exige alors de se serrer la main ou de rentrer à la nage, puis les invite à sa table pour le dîner. Les deux voisins font encore la paix, jusqu'au soir...

Donald se plaint toujours de l'après-rasage de Lagrogne, mais le capitaine présente vite au duo Miss Stomp, hideuse mais visiblement charmée par Donald. Elle l'invite à danser mais celui-ci la renvoie vers Lagrogne, qui la pousse lui-même sur Donald... jusqu'à ce que la pauvre Miss Stomp finisse dans la gaufre géante préparée pour l'anniversaire ! Le commandant renvoie alors les rivaux sur le pont, où une sempiternelle dispute s'ensuit. Donald dit qu'il devrait balancer son voisin par-dessus bord, et comme celui-ci ne l'en croit pas capable, Donald lui coince les bras dans une bouée de sauvetage et lui prend sa clef avant de s'enfuir. Dans la poursuite, Lagrogne heurte un canot de sauvetage, et tombe à l'eau. Donald, peu empathique, en profite pour dormir comme un loir...

Le lendemain, cependant, le comportement de Donald ne s'améliore pas à l'égard des autres passagers, celui-ci bousculant tout le monde afin de manger plus vite. Il confie même au commandant être un homme pacifique, s'étant débarrassé de Lagrogne ! Le commandant envoie Smith à la recherche du voisin, qui a totalement disparu... Tout joue alors contre Donald: Miss Stomp rappelle qu'il s'est battu pour elle la veille, et Donald aggrave son cas en expliquant qu'il voulait s'en débarrasser. Une jeune mère se promenait sur le pont la veille, et l'accuse d'avoir menacé le disparu. Les autres passagers rappellent leurs incessantes disputent, et le capitaine promet de tenir Donald à l'œil jusqu'à ce que son voisin réapparaisse.

Donald, dos au mur, entend alors un petit garçon expliquer à sa mère avoir vu un gros bonhomme dans la mer la veille, mais celle-ci ne le croit pas. Donald, lui, sait qu'il s'agit de son voisin, et que personne ne croira qu'il est tombé seul à l'eau. À la nuit tombée, il utilise alors un canot de sauvetage pour chercher son éternel rival...

Lagrogne a réussi à se dégager les bras, mais se retrouve face à un féroce requin sans aucun point de repère à l'horizon. Donald arrive alors, grâce à l'odeur de l'après-rasage, puis demande à Lagrogne de ramer en vitesse, lui-même faisant de son mieux. Mais une dispute sur la place de chacun dans le canot s'ensuit, et le duo casse leurs rames. Donald use alors de ruse pour mettre le requin hors d'état de nuire : il demande à Lagrogne de tendre ses bras afin de servir d'appât, et coince la bouée de ce dernier autour de la gueule du poisson au moment où celui-ci attaque. Cependant, le requin bondit à toute vitesse et Donald n'a pas le temps de lâcher la bouée qu'il est déjà traîné à toute vitesse par l'animal faisant d'impressionnants bonds sur l'eau. Lagrogne, lui, tient les pieds de Donald...

Smith rapporte au capitaine qu'ils ont maintenant deux disparus, mais celui-ci veut déguster sa gaufre en paix. Les deux voisins entrent alors, expliquant qu'ils ont failli pêcher un gros requin. Pour fêter ça, le capitaine leur offre sa dernière gaufre, que les héros, dans un élan de bonne volonté, d'offrent sans faillir... Jusqu'à ce qu'elle assomme le commandant ! Ainsi finissent-ils tous deux en cellule, à quarante-cinq degrés, pris dans une autre dispute...

En coulissesModifier

Contrairement à son attitude face à son cousin Gontran Bonheur dans En route pour le Grand Nord ! de Carl Barks en décembre 1949, Donald n'exprime dans Voyage à deux aucun regret face à la perte de son adversaire, dans ce cas-là Lagrogne, mais uniquement de la peur quant aux sanctions possible pour son meurtre.

Publications françaisesModifier

Cette histoire n'a été publiée qu'une fois en France, dans Le Journal de Mickey n°2875 du 25 juillet 2007.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .